Quatre questions sur la fracture vertébrale de la reine Paola

C'est une tradition au Palais : lorsqu'un membre de la famille royale connaît un problème de santé, la communication est plutôt restreinte. Alors, que se cache-t-il derrière la fracture vertébrale de la reine Paola ? Pour le savoir, nous avons rencontré le professeur Michaël Bruneau, neurochirurgien et chef de clinique à l’hôpital Erasme.

Une fracture vertébrale, c'est quoi?

"C'est une atteinte de l'intégrité de la structure de la vertèbre. Le plus souvent, on voit lors des analyses que la hauteur de la vertèbre est plus petite que les vertèbres adjacentes car il y a eu un phénomène d'impaction suite à un traumatisme. La vertèbre s'écrase littéralement. Dans la majorité des cas, cela fait suite à un traumatisme, un accident de la voie publique ou une chute".

Quelles sont les conséquences?

"Elles peuvent être très variables. Bon nombre de patients n'ont aucune conséquence sur le plan neurologique. Ce sont simplement des douleurs qui sont générées à l'endroit de la fracture. Par contre, d'autres patients peuvent avoir une atteinte de leurs structures nerveuses : soit la moelle épinière, soit les racines nerveuses. Cela s'accompagne de déficits neurologiques variables, parfois peu importants mais qui peuvent être extrêmement sévères allant de la paraplégie ou la tétraplégie lorsque l'atteinte se situe au niveau cervical".

Dans le cas de la Reine Paola, il est certain que le traumatisme n'a pas occasionné de complications neurologiques. En quoi consiste le traitement alors?

"Ces personnes sont traitées de manière conservatrice, c'est-à-dire une immobilisation ou un corset. Les premières semaines visent à soulager la douleur et ensuite de la kinésithérapie est prescrite pour une récupération complète de l'autonomie à terme".

Est-ce une pathologie rare ou plutôt fréquente en médecine?

"C'est relativement fréquent. Les patients plus âgés sont plus susceptibles d'en développer car il y a une fragilité osseuse. Cela implique un traumatisme, même mineur, peut occasionner une fracture. On en voit aussi chez des patients beaucoup plus jeunes et la plupart du temps ce sont lors d'accident de la circulation".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK