Quatre Européens sur 10 estiment que l'antisémitisme n'est pas un problème dans leur pays

L'Etoile de David dans une cimetière juif de Berlin
L'Etoile de David dans une cimetière juif de Berlin - © TOBIAS SCHWARZ - AFP

Un Européen sur deux estime que l’antisémitisme est un problème dans son propre pays, selon un sondage réalisé pour l’Eurobaromètre de la Commission européenne. Et pour 43% des Européens ce n’est pas un problème. La perception selon laquelle l’antisémitisme est un problème est plus répandue parmi ceux qui ont des juifs parmi leurs amis ou leurs connaissances (64%), parmi ceux qui appartiennent à une minorité (60%) et parmi ceux qui ont musulmans parmi leurs amis ou leurs connaissances (59%).

Alors que la perception de l’antisémitisme est conforme à la moyenne européenne parmi les Belges (50% estiment que c’est un problème en Belgique), les citoyens de trois pays sont plus nombreux à voir l’antisémitisme comme un problème : la Suède (81%), la France (72%) et l’Allemagne (66%).

Par ailleurs, 39% des Européens n’ont pas perçu d’augmentation de l’antisémitisme durant les 5 dernières années. Dans cinq pays, plus de la moitié de la population perçoit une hausse de l’antisémitisme : Suède (73%), Allemagne (61%), Pays-Bas (55%), France (51%) et Danemark (50%). 48% des Belges estiment que l’antisémitisme est resté stable (contre 36% qui perçoivent une hausse) en Belgique.

Quels sont les manifestations les plus problématiques de l’antisémitisme pour les Européens ?

  • Expressions d’hostilité et menaces à l’égard de personnes juives dans des lieux publics : 51%.
  • Graffitis antisémites ou vandalisme sur des bâtiments juifs : 51%.
  • Antisémitisme sur internet et les réseaux sociaux : 51%.
  • Agressions physiques à l’encontre de personnes juives : 50%.
  • Profanation de cimetières juifs : 50%.
  • Antisémitisme dans le milieu scolaire ou universitaires : 43%.
  • Antisémitisme dans la vie politique : 43%.
  • Antisémitisme dans les médias : 41%.

Selon le sondage, 68% des Européens estiment que la population de leur pays n’est "pas bien informée" sur l’histoire, les coutumes et les pratiques des personnes juives.

61% des Européens savent qu’il existe dans leur pays une législation qui sanctionne l’incitation à la violence ou à la haine à l’encontre des personnes juives et 42% sont au courant d’une législation qui réprime le fait de nier la Shoah.

L'étude montre aussi que 43% des Européens pensent que la Shoah est suffisamment enseignée dans les écoles de leur pays. Les Belges sont seulement 38% à avoir cette perception.

Enfin, plus de la majorité (54%) des Européens estiment que les conflits au Proche-Orient ont une influence sur la façon dont les personnes juives sont perçues dans leur pays.

Méthodologie :

Ce sondage a été réalisé du 4 au 20 décembre 2018 par la méthodologie du "face-à-face" (27.643 interviews dans tous les pays de l'Union Européenne, dont 1079 en Belgique).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK