Quatre Belges sur cinq souffrent de stress au travail

Les stress au travail touche 4 Belges sur 5
2 images
Les stress au travail touche 4 Belges sur 5 - © Archive RTBF

De plus en plus de travailleurs souffrent au boulot, ils accumulent le stress : c’est ce que révèle notre thermomètre Solidaris/RTBF/Le Soir. L'environnement social y est sans doute pour quelque chose, de même que la crise économique, les fermetures d'entreprises, la marchandisation de la société et la concurrence entre collègues.

Les enquêteurs ont interrogé par téléphone 650 travailleurs (employés et salariés) et 250 indépendants, ainsi que 60 médecins du travail et la marge d’erreur est de  2,7%. Pour évaluer le stress, ils ont proposé un questionnaire scientifique en 10 points : le test de Cohen.

Il en ressort un premier chiffre interpellant : 4 personnes sur 5 se sentent stressées. Et quand elles le disent, elles le sont vraiment, révèle ce test scientifique. Et 7 personnes sur 10 pensent que ça ne va pas s’arranger. Bref, le travail ça stresse.

Quels sont les travailleurs les plus touchés? 

-les commerciaux, les vendeurs

-les femmes

-les téléphonistes des centres d’appel

-les cadres et les "top" managers.

En 5 ans, selon une enquête Securex, le nombre de jours de congé-maladie a explosé (de près de 23 millions à 29 millions, 5 ans plus tard). Ces travailleurs sont absents majoritairement à cause du stress.

A cause de quoi sont-ils au bord de la crise de nerf ?

-4 sur 10 évoquent les cadences de plus en plus infernales, en gros ils pointent l’intensification du travail

-3 sur 10 se plaignent de la violence des relations avec leurs chefs, leurs clients (pour les indépendants), et même leurs collègues (la solidarité disparaît et la concurrence s’impose)

-mais aussi ce qu’ils appellent "le chaos" dans le management ou l’organisation du travail.

A cause du stress, nous sommes surtout d’abord fatigués. Ensuite nous devenons irritables, nous souffrons de mal au dos et enfin nous finissons par ne plus dormir. Nous tentons de gérer ce stress en nous organisant mieux, en faisant du sport, en cherchant à quitter notre emploi, notre conjoint ou notre famille. Mais certains rêvent aussi de partir à la retraite avant la date. Parfois, le stress suscite (chez 6% d’entre nous) des envies de tuer sa hiérarchie.

Il n'y a pas de "bon" stress

Il faut oublier le cliché qui veut qu’il y aurait "un bon" et "un mauvais stress" : le stress excessif peut avoir des conséquences graves sur la santé. Quand on est stressé, le corps fabrique du cortisol, une hormone qui permet en petites quantités de nous adapter aux situations difficiles. Mais lorsqu’il est trop présent, le cortisol s'attaque aux neurones, au cerveau, et détruit la mémoire. Le stress a aussi des effets néfastes sur le cœur.

En tout cas, quand un travailleur a besoin d’aide, il fait rarement appel aux syndicats, aux services de ressources humaines ou à la médecine du travail. Les médecins du travail eux-mêmes se sentent mal et isolés, ils souffrent du manque de considération de leurs responsables. Bref, ils sont aussi mal que les salariés qui se confient à eux.

Il existe une loi sur le bien-être au travail mais elle n’est absolument jamais respectée. Beaucoup de travailleurs connaissent la personne à contacter pour le harcèlement sexuel ou moral mais 6 travailleurs sur 10 ignorent qui ils doivent joindre pour des problèmes de stress.

En conclusion, si l'on en croit tous ces chiffres, ce ne sont pas les travailleurs qu’il faudrait soigner mais bien le travail.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK