Quand Tesla déçoit en annonçant une voiture électrique bon marché et des batteries plus puissantes

La famille Tesla à l'heure actuelle. Elle doit s'agrandir, mais quand ?
2 images
La famille Tesla à l'heure actuelle. Elle doit s'agrandir, mais quand ? - © Tous droits réservés

En attend-on trop d'Elon Musk ? Tesla a-t-elle fini de surprendre le monde ? Le fait est qu'après le très médiatisé Tesla Battery Day, qui s'est tenu il y a deux jours, l'action Tesla a plongé en bourse. De 442 $ le 18 septembre, elle se négociait 380 $ hier à la clôture. C'est ce qui arrive quand on s'habitue à la révolution et qu'on obtient qu'une évolution.

Et pourtant, il y avait du lourd

Le problème de la voiture électrique, outre son temps de recharge et éventuellement son autonomie, c'est son prix. Le jour ou elle coûtera moins cher que son équivalent à essence, il y a fort à parier qu'elle envahira nos rues. Alors, quand le patron de Tesla annonce un petit modèle à 25 000 dollars, il y a de quoi se réjouir. Et pour ce prix, on aura droit à 320 km d'autonomie. Pas d'information concernant la puissance du moteur ni la capacité de la batterie car ce nouveau modèle ne sera pas commercialisé avant trois ans. Et si Tesla nous refait le coup de la 3, il y a fort à parier que l'échéance ne soit pas trop respectée.

Autre annonce faite au Tesla Battery Day : une nouvelle génération de cellule de batterie. La 4680 (car 46 mm de diamètre et 80 mm de longueur). Energie multipliée par cinq, puissance par six pour une autonomie accrue de 16% et un prix en baisse. Celui-ci serait alors inférieur à 100 $/kWh, ce qui rendrait la technologie compétitive face au moteur thermique.

On retiendra aussi l'arrivée l'an prochain d'un modèle S optimisé, la Plaid, avec une autonomie de 850 km et pas moins de 1 100 chevaux ! Toujours utile pour dépasser un cycliste en ville...

Pourquoi tant de haine ?

Si l'action à perdu près de 15%, c'est parce que les spécialistes attendaient plus d'un grand show déjà reporté pour cause de Covid-19. Les annonces sont alléchantes mais aucun modèle, de voiture ou de batterie, n'a été physiquement présenté. On a beau croire Elon Musk sur parole, ça manque un peu de concret. Si le milliardaire a réussi à envoyer sa fusée réutilisable Starship dans l'espace grâce à sa société SpaceX et s'il a révolutionné le monde de l'automobile en devenant pionnier dans le secteur du véhicule électrique, il continue à entretenir le doute sur d'autres projets. Ainsi, on attend toujours la commercialisation du Roadster sportif ou du camion Semi alors que le Cybertruck, sorte de SUV à la grâce toute relative, n'arrivera pas en Europe avant au moins deux ans.

Qu'à cela ne tienne. Elon Musk a toujours fait taire ses détracteurs en prouvant que ses entreprises étaient non seulement viables, mais devenaient rentables. Et si l'action a un peu baissé ces derniers jours, il ne faudrait pas oublier qu'elle est toujours neuf fois plus haute que l'an dernier à pareille époque et cent fois plus qu'il y a dix ans !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK