(Quand) Marc Dutroux va-t-il être libéré? Des traces d'un inconnu dans la cache? Les faits, les fantasmes et les fake news

(Quand) Marc Dutroux va-t-il être libéré? Les faits, les fantasmes et les fake news
(Quand) Marc Dutroux va-t-il être libéré? Les faits, les fantasmes et les fake news - © Tous droits réservés

Le tribunal de l'application des peines (TAP) de Bruxelles a prononcé sa décision ce lundi à 13h, au palais de justice de Bruxelles, au sujet de la demande formulée par les avocats de Marc Dutroux. Mais contrairement à ce qui circule sur les réseaux, et que laissent même entendre dans leurs titres certains médias, il ne s'agit PAS d'une demande de libération, en tout cas pas à ce stade.

Comme beaucoup d'informations erronées circulent à ce sujet, nous avons voulu refaire le point à ce sujet, sous formes d'affirmations vraies ou fausses:

1°) Marc Dutroux pouvait être libéré ce lundi: FAUX 

La demande des avocats qui était examinée ce lundi, c'est qu'un collège de cinq experts psychiatres soit désigné pour pour évaluer l'état mental actuel de leur client, afin de réévaluer le risque de récidive dans son chef. En fonction des résultats qu'elle livrerait, les avocats POURRAIENT introduire une demande de libération conditionnelle de Marc Dutroux, qui a été diagnostiqué psychopathe. Or, ce type de profil n'exprime pas de remords. Et l'un des obstacles à une libération conditionnelle, c'est le risque de récidive.

Les avocats espèrent prouver via cette nouvelle expertise que ce risque est absent, et obtenir une libération à l'horizon 2021.

2°) Marc Dutroux sera libéré un jour: PAS SÛR

Marc Dutroux a été condamné le 22 juin 2004 à la réclusion à perpétuité et à 10 ans de mise à disposition du gouvernement (aujourd'hui appelée mise à disposition du tribunal de l'application des peines). Pour le calcul de l'application de la peine, la peine de perpétuité est estimée à 30 ans. En cas de crime grave, la loi (durcie en 2017 pour les nouveaux condamnés) prévoyait que l'on PEUT demander une libération conditionnelle après 15 ans.

Mais dans les conditions, il y a l'absence de récidive. Quand on sait que Dutroux avait déjà été condamné à 13 ans de prison et libéré une première fois dans les années 90, et qu'il en avait profité pour récidiver, on peut douter que des juges prendront le risque de le remettre à nouveau en liberté. Or, si la décision de libération conditionnelle n'est jamais prise, la peine de perpétuité doit continuer à s'appliquer...

3°) Michel Lelièvre est libre et dans la nature: FAUX

Au contraire de Marc Dutroux, le Tribunal d'Application des peines a déjà statué sur le cas de son complice Michel Lelièvre, condamné pour les enlèvements de Sabine, Laetitia, Ann et Eeefje. Une décision de libération a été rendue MAIS assortie de plusieurs conditions. L'une d'elles pose particulièrement problème:  l'obligation de trouver un logement, d'autant qu'elle s'accompagne de l'interdiction de se domicilier en Brabant Flamand, Hainaut, Liège et Luxembourg ainsi qu’à St Gilles, Ixelles et plusieurs rues de Bruxelles, notamment à proximité des stations de métro.

S'il finit par trouver un logement dans les 6 mois, il sera alors libre, mais devra donner suite aux convocations du ministère public, collaborer au respect des conditions imposées et poursuivre le suivi psychologique et social. Attention, condamné à 25 ans en 1996, mais devant purger d'autres condamnations antérieures, Michel Lelièvre sera à "fond de peine"  en 2023, date à laquelle plus aucune condition ne pourra être imposée.

4°) Michelle Martin est libre: VRAI

Michelle Martin a été libérée de prison le 28 août 2012 et a rejoint le couvent des sœurs clarisses à Malonne, près de Namur. À la suite du déménagement des sœurs Clarisses vers Bruxelles en mars 2015, elle est hébergée par l'ancien juge Christian Panier.

5°) Il reste des tas de pédophiles inconnus, passés par la cache de Dutroux, et qui n'ont jamais été arrêtés: FAUX

Samedi 30 novembre, le procureur de l'époque Michel Bourlet, répétait une nouvelle fois dans la presse que de "nombreuses pistes" avaient été négligées, notamment une trace d'ADN masculin retrouvée dans la cache de Marcinelle. 

C'est un fantasme, lié à celui des "réseaux", qui a longtemps circulé. On aurait retrouvé des tas de traces d'"auteurs inconnus", jamais identifiés, dans la cache de Dutroux à Marcinelle.  Celle-ci, repeinte après la mort de Julie et Melissa, avait "accueilli" Sabine Dardenne et Laetitia Delhez. Ni l’une ni l’autre n’avaient jamais aperçu d’autres ravisseurs que Marc Dutroux. Mais les traces analysées ont finalement quasiment toutes pu être reliées à un des acteurs connus du dossier... ou de la justice.

Ainsi, l'une d’elle révélait la présence d’un ADN " étranger " à celui des protagonistes du crime. Cette trace ADN se superposait à une trace de sang de la petite Julie retrouvée sur un mur. Mais des analyses ont démontré qu’il ne s’agissait pas de sperme (ce qui aurait commandé des investigations plus approfondies) mais sans doute d’une trace de sueur laissée là par un des intervenants judiciaires qui investirent la cache le 15 août 1996, et les jours suivants, lors de la libération de Sabine et Lætitia.

Quant aux cheveux, parmi les 55 cheveux découverts, 53 avaient été identifiés comme appartenant à Marc Dutroux, Michelle Martin, à certaines de leurs victimes ou à d'autres personnes ayant été impliquées d'une manière ou d'une autre dans le dossier Dutroux. Le cheveu non identifié s'est révélé appartenir  à un membre de l'Institut national de Criminalistique et de Criminologie (INCC), qui avait effectué les prélèvements. Enfin, un dernier s'est révélé inexploitable. 

 

 

Reportage de notre journal télévisé du 28 octobre:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK