Quand Macron emploie un belgicisme: d'où vient le mot "carabistouilles" prononcé sur TF1?

Quand Macron emploie des belgicismes: d'où vient le mot "carabistouille" employé sur TF1?
Quand Macron emploie des belgicismes: d'où vient le mot "carabistouille" employé sur TF1? - © Tous droits réservés

Les observateurs de la vie politique française connaissent le goût d'Emmanuel Macron pour les mots et expressions peu courants. Lors du débat de l'entre-deux-tours, on avait eu droit à la "poudre de perlimpinin", mais il y a aussi le "barycentre", la "fongibilité" ou l'adjectif "totipotent". Le vocabulaire du président français a même inspiré au journal Midi Libre un quiz à retrouver sur son site internet.

Ce jeudi, au cours d'une interview dans une école de l'Orne, Emmanuel Macron a à nouveau puisé dans sa "pensée complexe" pour sortie le mot... "carabistouille". "Il ne faut pas raconter non plus des carabistouilles à nos concitoyens", a-t-il lancé à Jean-Pierre Pernaut. Aussitôt, médias et internautes s'emparent de ce mot qui sort de leur champ lexical habituel. Le terme est recherché en masse sur Google, comme en témoigne le graphique ci-dessous.

Des carabistouilles ce sont "en Belgique (des) bêtises, (des) fariboles", nous apprend le Larousse qui a intégré le mot dans son dictionnaire dès 1979. Mais il faudra attendre 2008 pour que le Petit Robert ajoute ce belgicisme dans ses colonnes. "Le mot est aussi employé dans le nord de la France. Les frontières administratives n'empêchent pas que des mots percolent", nous explique Michel Francard, linguiste et professeur à l'UCL.

Une histoire de café

Quant à savoir comment ce mot s'est composé, "ce n'est pas très clair", ajoute le professeur qui renvoie vers une chronique publiée dans le journal Le Soir. "Carabistouille est un composé de cara - et de bistouille. Le préfixe cara - n’a pas une origine clairement identifiée. Quant à bistouille , il s’agit d’un nom employé dans le Hainaut et dans le Nord de la France, pour désigner un café auquel on a ajouté une rasade d’eau-de-vie", écrit-il dans ce texte publié en mai 2017.

Le mot semble séduire la France et ses personnalités politiques. Jean-Luc Mélenchon, leader de la France Insoumise, parlait déjà de "carabistouille" (au singulier) en janvier 2017 sur RTL. Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, ne manque pas de rappeler que ce dernier emploie le terme "régulièrement". Deux ans plus tôt, Nathalie Kosciusko-Morizet, alors députée UMP, déclarait déjà : "Ceux qui promettent l'abrogation de la loi Taubira racontent des carabistouilles".

Et Michel Francard de rappeler que Bernard Pivot classe "carabistouille" dans ses "100 mots à sauver". L'ancien présentateur de l'émission "Apostrophes" le trouve "aussi amusant à prononcer que facile à comprendre". En tout cas, le mot fait parler.

Emmanuel Macron : des propos attendus au JT du 12/04

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK