Quand les personnages du Livre de la Jungle dénoncent la déforestation (vidéos)

Capture d'écran vidéo YouTube "Concrete Jungle"
Capture d'écran vidéo YouTube "Concrete Jungle" - © Tous droits réservés

La vidéo, "Concrete Jungle" diffusée par la Société de l'orang-outan de Sumatra, dénonce avec justesse les conséquences de la déforestation en reprenant les personnages de Walt Disney ayant bercé notre enfance. De Londres à New-York en passant par Jakarta, les personnages du Livre de la Jungle errent dans les rues des villes du monde entier.

Sans forêt, pas de biodiversité 

Dernier refuge pour les espèces animales, les forêts couvrent 30% de la surface terrestre. Pourtant, chaque année, 13 millions d'hectares de forêts disparaissent. En 2016, la déforestation a battu son propre record avec la perte de 30 millions d’hectares. Trafic de bois illégal, expansion agricole, extraction de combustibles fossiles, ce phénomène est une véritable catastrophe pour la biodiversité. En effet, tous les ans, quelque 27.000 espèces animales et végétales disparaissent.

L'objectif de la Société est de récolter 1,1 million de dollars (942.000 euros) pour compenser la déforestation. Grâce à ses efforts, l'ONG achète des terres déboisées afin de les reconvertir en habitat sauvage. "La déforestation laisse les animaux sans maison. Ne laissez pas ceci être la fin de l'histoire", lit-on à la fin de la publicité.

25 orangs-outans meurent chaque jour

A la fin de la vidéo, l'attention est tournée vers l'île indonésienne de Sumatra, lieu où l'habitat naturel des orangs-outans est détruit au profit de la production d'huile de palme. 

Greenpeace a, également, décidé de sensibiliser le public à l'impact de l'huile de palme au travers d'un dessin-animé. Selon l'organisme, cultiver des champs de palmiers à huile cause la disparition de 25 orangs-outans. Ce court-métrage se termine, donc, en dédiant son oeuvre à ces espèces qui meurent chaque jour. "La croissance rapide des cultures de palmiers à l'huile appauvrit l'habitat des orangs-outans et les confronte à des situations extrêmes", explique l'association.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK