Quand les mésanges britanniques jouent aux pinsons de Darwin

La mésange charbonnière a un bec plus long de l'autre côté de la Manche.
La mésange charbonnière a un bec plus long de l'autre côté de la Manche. - © Luc Viatour — https://Lucnix.be

Pour la première fois, une étude internationale a pu constater des différences génétiques entre les mésanges charbonnières (Parus major) du Royaume-Uni et des Pays-Bas. En plus de ces aspects génétiques, les chercheurs ont également remarqué que le bec des mésanges britanniques était devenu plus long que celui de ses congénères européennes... en à peine 40 ans. Une histoire qui n'est pas sans rappeler les fameux pinsons de Darwin, qui lui ont permis d'élaborer sa théorie de l'évolution grâce à leurs différentes formes de bec.

Grâce à des données historiques et génétiques — l'ADN de 3000 oiseaux —, les scientifiques à l'origine de l'étude ont pu déterminer que la sélection naturelle est à l'origine de cette différenciation des populations. Et d'avancer une hypothèse pour expliquer ce bec plus long : l'utilisation assez récente (depuis les années 70) et répandue de mangeoires pour les oiseaux, où les becs plus longs sont plus efficaces pour y manger.

Un amusant parallèle avec les pinsons de Darwin

Sur le site de nos confrères de Sciences et Avenir, le professeur Jon Slate, coauteur de l'étude, explique que c'est "une période vraiment courte pour voir émerger une telle différence." Les chercheurs ont également remarqué que les individus au bec plus long se reproduisaient mieux, de quoi perpétuer cette nouvelle caractéristique dans la population britannique, vu qu'elle leur donne l'avantage de pouvoir se nourrir plus facilement dans les mangeoires.

Cette découverte est un amusant parallèle avec les pinsons de Darwin, père de la théorie de l'évolution. Le naturaliste, lors de son voyage sur les îles Galapagos, avait remarqué des becs de formes très différentes chez les pinsons. Il avait alors émis l'hypothèse que cette variation s'expliquait par un comportement alimentaire différent... Et lui avait permis — entre autres — de développer sa théorie sur l'évolution des espèces.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK