Quand les agriculteurs flamands viennent puiser de l'eau en Wallonie

Sur les bords de la Lys, dans la région de Comines-Warneton, depuis de nombreux mois, des agriculteurs viennent parquer leurs tracteurs et leurs remorques pour puiser l’eau de la rivière. C’est une opération essentielle pour eux, puisque ça leur permet d’irriguer leurs terres. Mais depuis quelques jours, le va-et-vient s’est intensifié. Certains riverains dénoncent des nuisances. La bourgmestre de la commune a pris un arrêté de police pour limiter le passage de ces tracteurs en un seul lieu et de 7h à 19h.

Un ballet incessant de remorques et de citernes

Ces agriculteurs sont de plus en plus nombreux, ils viennent de plus en plus loin. Cela dérange même la nuit les habitants de la région à tel point que les autorités ont dû prendre des mesures.

"Les agriculteurs flamands n’ont pas d’autre solution que de venir du côté wallon où on a un arrêté de police qui permet de baliser l’utilisation de l’eau. Le pompage se fait à un seul endroit balisé de 7h à 19h pour ne plus déranger les riverains en soirée", explique Alice Leeuwerck, la bourgmestre de Comines-Warneton.

Plan sécheresse activé d’un côté mais pas de l’autre

La cause de cette histoire belge est un changement de règlement en Flandre. Les faibles précipitations ont forcé la Région flamande à prendre des mesures pour diminuer l’impact sur les réserves d’eau. Et comme en Flandre, il est interdit de puiser dans les fleuves, les fermiers se dirigent vers la commune de Comines-Warneton. Cette commune est située aux portes de la Wallonie, dans une enclave bordée par la Flandre d’un côté et la France de l’autre.

Le niveau de pompage maximal de la Lys va bientôt être atteint indique la bourgmestre. La commune ne délivrera dorénavant plus de nouvelles autorisations pour pomper l’eau de la rivière.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK