Quand la côte belge était la reine des concours de châteaux de sable

Les plus de 50 ans s’en souviennent. Les enfants qui passaient leurs vacances à la mer ne pouvaient rater le concours de châteaux de sable organisé chaque année par le Journal Le Soir. Par équipe de six, c’est à qui construirait, en une demi-heure, le château le plus résistants aux attaques de la marée montante. Mais cela, c’était avant.

Sur la côte belge, ces concours de plage remontent à 1923. Il s’agissait alors de réaliser des sculptures de sable. Comme le fera d’ailleurs de Figaro, en France, dans les années 50.

C’est en 1928 que débute les concours de forts de résistance. Un combat de dizaines de châteaux dressés contre la mer et contre le temps. Et à la fin, c’est la mer qui gagne. Cette tradition s’est perpétuée jusqu’en 1979 sur la plage de Coxyde, comme le rappelle l’un des organisateurs de l’événements sur le blog du journal Le Soir. A l’époque, c’était le "service des oeuvres" du quotidien qui était chargé de toute la logistique.

1928: la fight des chevaliers du sable

L’organisation était rodée. La veille de la compétition, les jeunes s’inscrivaient pour former des équipes de six personnes. Chacun recevait alors un numéro à épingler sur sa chemisette. Le polo n’existait pas. Le jour de la compétition. Ce numéro serait celui du château à construire et à défendre.  Les enfants se répartissaient en plusieurs catégories d’âge pour ne pas favoriser les plus âgés. Et le grand jour, C’est en cortège que les équipes se rendaient sur la plage où les attendaient leur fanion numéroté, couché sur le sol, face à la marée déjà montante. C’est ce fanion, planté sur une hampe de près de 2 mètres qui serait dressé et couvert de sable par les forçats du château.

Les meilleures millésimes (dans les années 60), il y aura, pour toute la saison, jusqu’à 20.000 participants

5 images
Le traditionnel cortège des participants vers la plage. (Coxyde,fin des années 60) © Tous droits réservés

Quelques heures avant la marée haute

Alors que la marée monte, un signal retentit, le piquet est dressé par l’un des membres de l’équipe et, au signal, le lourd travail de bêchage commence. Il durera 30 minutes. Lorsqu’une fusée rouge éclate dans le ciel, toutes les pelles doivent être au repos, un contrôleur (il y en a un pour 12 châteaux) est chargé de s’assurer du respects des règles.

Commence alors la terrible attente face à la mer qui monte inexorablement et finit par toucher la pointe du château. Le contrôleur indique, pour chacun d’eux, l’heure du premier contact. Il en fera de même lorsque le piquet et son fanion tomberont au sol sapé par l’impitoyable marée. Chaque disparition d’un drapeau entraînait l’applaudissement des participants.

5 images
Une équipe de 6 participants devant son château. © Tous droits réservés

Et à l’heure des comptes, deux châteaux par tranche de 12 seront récompensés, les autres recevant des lots de consolation.

Commence alors la seconde attente, celle du classement et de la distribution des prix, organisée dans l’’après-midi. Les meilleures équipes pouvaient choisir les premiers parmi des jeux de plages, des ballons, les bouées et les "kits de cricket".

Ce rituel qui fut immuable durant de longues années se reproduisait en juillet et en août sur toutes les plages de la côte. Le personnel Du soir, chargé d’organiser l’événement quotidien, logeait à Ostende de manière à pouvoir rapidement rejoindre toutes les plages du littoral belge en un minimum de temps, se souvient l’organisateur.

Et puis, tout s’est arrêté

En 1979, l'organisation de ces joutes estivales prend fin. La première s’était déroulée à Knokke et la dernière sera organisée à Coxyde.

5 images
30 minutes d'un effort intense. © Tous droits réservés

Tout au long de l’été, la rédaction web de la RTBF vous raconte des histoires liées à des objets incontournables de l’été. D’où viennent-ils ? Que disent-ils de nous et de notre société ? Quels souvenirs font-ils remonter à la surface ? Le thermomètre, la tente qui se déploie en deux secondes, l’apéro, la crème solaire, les tubes de l’été qui vous ont fait danser ou encore ces émissions qui animent nos soirées télé estivales… Retrouvez tous les articles en cliquant ici.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK