Confinement: "La voie de sortie, elle est aussi à l'intérieur"

CQFD, Ce Qui Fait Débat, en mode grand entretien: 25 minutes quotidiennes avec un spécialiste, pour vous aider à mieux comprendre/vivre la crise du coronavirus, mais aussi pour vous permettre de poser VOS questions (via l'adresse mail cqfdrtbf@rtbf.be). Notre invité, ce jeudi: Ilios Kotsou, docteur en psychologie (ULB), maître de conférence et cofondateur de l'association Emergences.

Notre vulnérabilité nous a explosé au visage

Ce n'est pas une surprise, cette crise sanitaire et le confinement qui se prolonge plongent de nombreux Belges dans l'anxiété, le stress ou la peur. Selon une enquête réalisée par l'institut Sciensano auprès de 44 000 personnes, l'anxiété touche désormais 20% de Belges (contre 11% en 2018). "C'est normal et même sain de ressentir des émotions comme la peur durant cette période", commente Ilios Kotsou qui explique: "on est baignés dans un océan d'incertitudes, et ce qui nous explose au visage, c'est notre vulnérabilité. Nous, les êtres humains, on a cru qu'on pouvait contrôler le monde, et tout d'un coup on se rend compte à quel point on est fragile et dépendant les uns des autres et de l'environnement".

Beaucoup de Belges disent aussi se sentir seuls, "or le sentiment de connexion sociale est le premier prédicateur de bonne santé et de longévité", poursuit Ilios Kotsou. "On parle de distance sociale mais c'est de distance physique qu'il faut parler, on a plus que jamais besoin de lien social [...] Et les réseaux sociaux, qu'on a tant décriés, sont aujourd'hui devenu un des principaux moyens d'entretenir ces liens sociaux", et par extension de garder du sens durant cette période. 

Moment propice à la méditation

C'est une tendance qui n'a pas attendu le confinement pour se développer... La méditation est partout et surtout en ligne en ce moment. Via des applications ou en direct, sur les réseaux sociaux ou les plateformes d'appels vidéos. On vous propose des séances guidées, des exercices d'entraînement de l'esprit pour se recentrer sur le moment présent. A la clef d'une pratique suffisamment régulière: moins de stress, plus d'attention, plus de recul aussi face aux événements"On ne peut pas aller à l'extérieur... Quelle meilleure occasion de retourner en soi?", suggère le cofondateur de l'association Emergences, qui propose avec d'autres spécialistes, un moment de méditation et de partage quotidien via la page Facebook Prezens.

"De nombreuses études l'ont démontré: méditer peut réduire jusqu'à 51% le taux cortisol, l'hormone du stress", avance Ilios Kotsou qui explique ci-dessous comment s'y prendre:

La question de l'après et de la mort nous confronte à l'essentiel

Le stress ambiant, c'est aussi l'appréhension de ce qui va suivre, du futur. D'après l'enquête de Sciensano, près d'un tiers des Belges indique que cette crise touche extrêmement leurs plans d’avenir et leur vie sociale. Les relations, sociales, amicales, familiales sont effectivement ébranlées par cette crise. La mort et le deuil aussi, depuis qu'il est quasi impossible d'accompagner un proche mourant ou décédé vers sa dernière demeure... "Cela peut provoquer énormément de détresse en nous. Cette question de l'après et de la mort nous confronte vraiment à l'essentiel", observe Ilios Kotsou.

"C'est dans le moment présent qu'on construit le futur, et je pense qu'il y a ici une occasion unique de se remettre profondément en question et de remettre l'humanité et l'interdépendance des hommes au centre", poursuit-il. L'enjeu, selon le docteur en psychologie, sera d'amener tout le positif qui sort de ce confinement (les initiatives solidaires notamment) à un niveau sociétal et politique. "Méditer ne va pas changer le monde tout seul, méditer change le monde en nous rendant plus libre, et c'est cette liberté-là qu'il va falloir traduire en changement culturel et politique, pour une société plus solidaire et résiliente, à laquelle chacun puisse participer".

 

CQFD, Ce Qui Fait Débat, en mode grand entretien: Chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h35 sur La Trois. L'entièreté de l'émission à revoir ci-dessous:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK