Qu'ont pensé Tonya Harding et ses proches du film "I, Tonya"?

Le film "I Tonya", sorti en salle tout récemment, raconte la vie de la patineuse Tonya Harding, connue pour son triple axel légendaire. Elle fut en effet la première Américaine à réaliser cette figure en compétition. La vraie question est : qu'est-ce que les vrais protagonistes de l'affaire ont pensé de ce film ?

Inévitablement, on se pose la question à la fin du film, tandis que défilent sur l'écran les images d'archives avec les vraies personnes: Tonya Harding, son mari, la mère, le copain débile. Au passage, on s'aperçoit que le réalisateur Craig Gillepsie a poussé le réalisme très loin, avec des acteurs qui ressemblent vraiment très fort aux personnages incarnés à l'écran. Sauf pour Tonya Harding. L'actrice Margot Robbie qui joue son rôle est plus jolie qu'elle dans la réalité.

Des "fucking" à tout va

Le film "I Tonya" ou "moi Tonya" raconte donc la vie de la championne de patinage à glace, Tonya Harding. Une vie complètement déjantée. Celle d'une petite fille issue d'une famille pauvre matériellement et surtout pauvre culturellement. A ce titre, les dialogues sont très éclairants. On utilise le mot "fucking" à chaque phrase. C'est dérangeant et en même temps, cela démontre bien l'incommunicabilité entre les êtres qui finissent alors par s'exprimer en se donnant des coups. On se tape beaucoup dessus dans ce film. On se menace avec des armes. On s'assomme avec un sèche-cheveux. On se lance des couteaux à la face… 

Une agression suspecte

On essaie aussi de briser les jambes. Puisque le film raconte l'agression dont fut victime une rivale de Tonya Harding, Nancy Kerrigan, à l'approche des Jeux olympiques. 
De fait, le film porte essentiellement là-dessus. Tonya Harding perce en même temps qu'une autre surdouée de sa génération, Nancy Kerrigan, qui, en outre, est très jolie. Officiellement, les deux patineuses sont copines. Dans la réalité, la concurrence est à son paroxysme. A l'approche des Jeux olympiques de Lillehammer en 1994, Nancy Kerrigan est agressée par un individu armé d'une matraque télescopique et qui tente de lui casser le genou. Après enquête, il apparaît que le bonhomme en question est un proche de Tonya Harding. Et donc qu'elle pourrait être impliquée… Si l'histoire vous intéresse, allez voir le film. Vous ne le regrettez pas. 

Qu'est-ce qui le rend si captivant? 

La force du film, c'est qu'il ne tranche pas, il n'essaie pas de chercher la vérité à tout prix. Est-ce que Tonya Harding était au courant de l'agression? Est-ce qu'elle l'a commanditée? Plutôt que de répondre par oui ou non, la réalisation vous donne toutes les versions à la fois, ce qui fait comprendre qu'un même événement peut être vécu de façon très différente et donc que la réalité n'existe pas.

Ma fille Tonya a tellement menti dans sa vie qu'elle ne distingue plus le mensonge des réalités

Evidemment, on crève d'envie d'en savoir plus après la sortie du cinéma. Du coup, on se rue sur les articles qui donnent la parole aux vrais personnages pour savoir ce qu'ils ont pensé du film. Nancy Kerrigan ne l'a pas vu. Elle a déclaré que cette histoire ne l'intéressait plus. Tonya Harding est ravie. Il est vrai que le film la présente sous un jour plutôt favorable et ne dit rien par exemple de l'autre grand scandale de sa vie: la diffusion d'une cassette pornographique tournée pendant sa nuit de noce.

Mensonge ou réalité ?

Et la mère? Là, c'est intéressant. Il s'agit d'un personnage atroce dans le film, magistralement interprété par l'actrice Allison Janney qui vient d'ailleurs de recevoir l'Oscar du meilleur second rôle suite à cette interprétation. Mais la vraie mère de Tonya Harding, qu'est-ce qu'elle en pense? En fait, l'équipe de réalisation n'est pas parvenu à la rencontrer comme les autres personnages avant le tournage. Ils se sont uniquement basés sur les propos de Tonya. Alors quand on lui a demandé son avis sur le film, Lavona est forcément sévère. Elle a dit que sa fille Tonya a tellement menti dans sa vie qu'elle ne distingue plus le mensonge des réalités. Et c'est peut-être vrai! Le film lui fait peut-être la part trop belle. En même temps, cela constitue un renversement intéressant de l'histoire. A l'époque des faits, Tonya Harding était dépeinte de façon exagérément méchante. Aujourd'hui, le film ferait presque l'erreur inverse. Exagérément gentille!

La séquence consacrée à "I Tonya" dans l'émission "Tellement ciné"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK