Puyehue: cendres en Australie, Qantas annule 200 vols pour mercredi

Nuage de cendres du volcan chilien Puyehue, le 20 juin 2011 à Osorno, au sud de Santiago
Nuage de cendres du volcan chilien Puyehue, le 20 juin 2011 à Osorno, au sud de Santiago - © Martin Bernetti (AFP)

Le nuage de cendres provenant du volcan chilien Puyehue était de retour mardi dans le ciel australien, entraînant à nouveau l'annulation de plusieurs liaisons aériennes et immobilisant des milliers de passagers.

"Le nuage de cendres est plus dense et plus étendu que celui qui avait perturbé le trafic aérien la semaine dernière", a indiqué Airservices Australia, ajoutant que le nuage voguait entre 20 000 et 40 000 pieds d'altitude (de 6 à 13 km).

La compagnie australienne Qantas a suspendu ses liaisons avec Adelaïde, Canberra et à partir de 05h00 GMT avec Sydney. Elle a également annulé tous ses vols de mercredi au départ et à l'arrivée de Sydney, Melbourne et Canberra, a-t-elle indiqué.

"Nous pensons que nous allons annuler en gros 200 vols mercredi", a déclaré une porte-parole de Qantas, Olivia Wirth, à la presse.

"Les experts disent tout simplement que nous ne pouvons pas voler dans ces conditions", a-t-elle ajouté.

D'autres compagnies ont elles aussi suspendu une partie de leurs vols (Jetstar, Virgin Australia) tandis que Tiger Airways a immobilisé tous ses appareils, jusqu'à au moins 04h00 GMT.

La semaine dernière, les vols dans le ciel australien et néo-zélandais avaient été fortement perturbés par la présence du nuage de cendres. Celui-ci a continué son tour de la Terre, avant de revenir au-dessus de l'Australie.

Selon les experts, le nuage est clairement visible sur les images satellite et il évolue actuellement à l'altitude à laquelle les appareils volent habituellement.

"C'est le même nuage qui a fait le tour du monde. Il reste dense et présente des risques pour les vols aériens", a déclaré un porte-parole de Centre de conseils sur les cendres vocaniques à Darwin (nord).

AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK