Proxénétisme: l'affaire des Bleus enflamme la toile

RTBF
RTBF - © RTBF

L'affaire de proxénétisme qui déstabilise depuis plusieurs jours l'équipe de France de football, à quelques semaines de la coupe du monde, prend une nouvelle tournure avec la médiatisation de la jeune femme à l'origine des soucis des "Bleus".

Mineure au moment des faits reprochés à deux joueurs français, Franck Ribéry et Karim Benzema, la jeune femme a aujourd'hui 18 ans. Cette circonstance lui a valu de voir les photos de son profil Facebook diffusées et reprises à une vitesse extraordinaire par la plupart des médias et par la blogosphère.

Certains se sont abstenus, tel le Monde, qui explique que "conformément à la loi et (à ses) pratiques", il ne publiera pas les photos de la jeune femme ni ne révélera son identité. Au-delà de l'éthique journalistique, il y a aussi effectivement l'aspect légal : les photos de la jeune femme sont sa priorité et ne peuvent être utilisées sans son autorisation. Même si le profil Facebook dont elles sont issues, à l'origine, était public...

Au départ d'une affaire de proxénétisme, dont elle n'était d'ailleurs que l'un des éléments d'une nébuleuse étendue, l'exposition médiatique de la jeune femme prend des proportions inouïes. Faux profils et groupes par dizaines sur Facebook, fils de discussion sur Twitter, blogs divers...  Les sujets à son nom sur Google  dépassaient déjà, mercredi, les 1200 références.

Le droit protège les mineurs, parfois contre eux mêmes

Avec ou contre son gré ? En tout cas le droit, qui entend protéger les mineurs aussi contre leurs propres agissements, la considère comme une victime, peu importe qu'elle ait monnayé ses charmes auprès de quelque star que ce soit. L'avidité médiatique a désormais supplanté celle des amateurs de chair fraîche, et il n'est pas certain qu'elle puisse faire valoir, avant très longtemps, son droit à l'oubli.

Sur le fond de l'affaire, il apparaît que les relations tarifées qu'elle a eues avec Sydney Gouvou l'ont été alors qu'elle était déjà majeure. Par contre, elle n'avait que seize ans lorsqu'elle a, selon ses déclarations, eu une relation avec Karim Benzema. Celui-ci sera bientôt auditionné.

Franck Ribéry, lui, reconnaît aussi avoir passé la nuit, à Munich, avec la jeune femme lorsqu'elle avait 17 ans, mais nie avoir été au courant de son âge. Et la jeune femme assure elle même qu'elle lui a caché qu'elle était mineure. Pour l'incriminer de relations illicites avec une mineure, il faudrait prouver que le joueur connaissait son âge. Franck Ribéry devrait donc pouvoir dormir sur ses deux oreilles et garder pour lui ses problèmes de conscience : il devrait s'envoler pour l'Afrique du Sud.

Pour Karim Benzéma, il faudra voir. Le tarif maximal pour ce genre d'incartade, c'est trois ans de prison et 45 000 euros d'amende. En tout état de cause, à 50 jours de début de la Coupe du monde, cette affaire tombe très mal pour l'équipe de France de football. Entre critiques sur le fond de jeu (Nicolas Anelka dernièrement), envies un peu trop pressantes de retour (Patrick Viera), questions sur la sucession du sélectionneur Raymond Domenech, et manque de temps de certains cadres (Lassana Diarra, Thierry Henry ou ... Karim Benzema), la France du foot s'inquiète.

Des "after" pas très "safe"

Toute l'affaire trouve son origine dans la mise à jour d'un réseau de proxénétisme qui utilisait les installations du très sélect Café Zaman à Paris, un club des Champs Elysées connu pour ses "after" où les vedettes aimaient terminer les soirées en se faisant racoler par de parfois très jeunes filles. En y effectuant une descente le 12 avril, les enquêteurs ont trouvé 18 jeunes prostituées. C'est lors des auditions de l'une d'elles, Z.D., que les noms des vedettes de l'équipe de France sont apparus.

Le réseau était organisé par un certain Abou-Sofiane, ex-candidat à la Nouvelle Star et animateur d'une émission de télé sur la chaîne TNT "Locale". Il a été arrêté et mis en examen pour proxénétisme aggravé. L'homme est décrit comme assoiffé de célébrité. Il risque désormais de ne plus en manquer...

Thomas Nagant

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK