Garderie organisée pour tous ? Profs au travail ? Les réponses à vos questions sur l'école à l'heure du coronavirus

Profs quand même payés ? Les écoles fermées et pas les crèches ? Réponses à vos questions sur l'enseignement à l'heure du coronavirus
Profs quand même payés ? Les écoles fermées et pas les crèches ? Réponses à vos questions sur l'enseignement à l'heure du coronavirus - © Klaus Vedfelt - Getty Images

C’est l’une des mesures phares, historique même, annoncée jeudi soir par Sophie Wilmès, la Première ministre, à l’issue d’un Conseil national de sécurité : les écoles seront fermées jusqu’au 3 avril inclus, soit la veille des vacances de Pâques. Concrètement, qu’est-ce que ça signifie ?

►►► HoReCa, commerces… toutes les questions que vous vous posez sur les mesures prises jeudi soir contre l’épidémie de coronavirus ◄◄◄

Les professeurs doivent-ils se rendre à l’école ?

Oui. "On ne parle pas techniquement de fermeture d’école, mais de suspension de cours", nuançait Sophie Wilmès, la Première ministre, ce matin sur La Première. Les professeurs ne sont donc pas en congés. Ils sont payés et pourront assurer les garderies.

"Dès lundi, les enfants ne seront plus obligés de venir à l'école. Les enseignants par contre devront être présents pour assurer l'accueil, un peu comme lors des jours blancs. Nous évaluerons alors le nombre d'enfants présents, estimerons les besoins et pourrons établir les modalités en fonction de la fréquentation", a déclaré le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet.

Une garderie sera-t-elle organisée ?

On l’a appris jeudi soir : la mise en place d’un service d’accueil devra être organisée pour les enfants dont les parents travaillent, par exemple dans le domaine des soins de santé, et pour les enfants dont il n’est pas possible d’organiser une garde autre que les grands-parents.

"Les écoles ne sont pas fermées, insiste Sophie Wilmès interrogée à ce sujet sur La Première, elles sont ouvertes pour les parents qui sont vraiment dans l’impossibilité de garder leurs enfants, avec une priorité pour les parents qui travaillent dans les soins de santé."

"Je tiens à offrir à tous les parents qui en ont besoin une solution pour accueillir leurs enfants, affirmait ensuite Bénédicte Linard, ministre de l’Enfance en Fédération Wallonie-Bruxelles. Je pense particulièrement à toutes celles et ceux qui seront en première ligne face à la crise sanitaire (hôpitaux, généralistes, transports, magasins…)."

Caroline Désir,  ministre de l’Enseignement obligatoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles confirme ce vendredi qu'"il n’y aura pas de sélection, pas de tri des élèves devant les grilles des écoles lundi matin". Selon nos informations, les Pouvoirs organisateurs vont dans le même sens, affirmant que "les écoles ne sont pas fermées donc on doit pouvoir accueillir tous les élèves qui n’ont pas de solution".

Le SPF Santé publique renvoie, lui, au bon sens des parents et des grands-parents. Concernant la garde des enfants, "il n'y a pas d'interdiction stricte liée au statut de grands-parents, simplement la prise en compte que la prudence qui est de mise par rapport aux nombreux d'entre eux qui sont des personnes vulnérables", écrit le SPF sur son compte Twitter.

Pourquoi ne pas avoir fermé aussi les crèches ?

Sophie Wilmès a apporté la réponse ce vendredi matin sur les ondes de La Première"Derrière toute décision qui est prise, ce sont d’abord des scientifiques qui nous font des propositions. Ces propositions se basent sur des études de terrain, l’évolution de la propagation du virus, mais aussi la meilleure manière de limiter la propagation du virus. Et à ce moment-là ils prennent en compte différents facteurs, par exemple le nombre de personnes qui se réunissent au même endroit, la fréquence des réunions, le mix d’âge, si l’endroit est isolé ou pas. C’est toute une série d’éléments qui prévalent à la décision."

"Et donc, cette différence entre crèche et école, c’est parce qu’il ne s’agit pas du même public. Les crèches sont des endroits plus petits, avec des enfants en bas âges qui sont extrêmement contagieux mais ne développent pas de complications à la maladie. Comme ce sont des silos assez restreints, eh bien on peut les garder ouverts. Une autre raison est que l’école est obligatoire, donc si vous ne voulez pas mettre votre enfant à l’école alors qu’il n’est pas malade, vous n’en avez pas le droit. Mais ça reste possible dans une crèche."

Les élèves restés à domicile auront-ils des devoirs à faire ?

Vos enfants resteront-ils à la maison sans travail scolaire, avec pour seul objectif d’améliorer leur classement au jeu vidéo Fortnite tout en faisant des vidéos sur le réseau social Tik-Tok ? Les épreuves du CEB, du CE1D, du CESS... approchent. Les élèves seront-ils prêts à temps pour les passer ? Sur ce point, on en est réduit aux suppositions… Chaque école est en train de réfléchir à la question, sachant que la suspension des cours entre en vigueur ce lundi.

Les pouvoirs organisateurs en Wallonie réfléchissent à la diffusion de cours en ligne. Mais rien n’est encore formalisé à ce sujet, pas plus que pour les examens prévus durant le trimestre.

L'enseignement à distance, c'est aussi une piste privilégiée au nord du pays, par exemple via la plateforme Smartschool. "Ce ne sont pas des vacances", à martelé Ben Weyts, le ministre flamand de l'Enseignement.

En France, l'Education nationale mise sur l'enseignement à distance. Ce qui ne va pas sans poser des questions pratiques. Quid des familles qui ne sont pas équipées d'un ordinateur ? En tout cas, une plateforme privée française de soutien scolaire a profité de l'occasion pour proposer une offre gratuite de cours à distance. 

Conseil national de Sécurité du 12/03/2020: l'allocution complète de Sophie Wilmès

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK