Produits destinés aux enfants: gare aux mascottes

Les mascottes sont trop souvent synonyme de sucre!
Les mascottes sont trop souvent synonyme de sucre! - © Tous droits réservés

"Je veux les céréales avec le tigre!", "Non, pas ces biscuits, je préfère ceux avec les Schtroumpfs!". Les mascottes et héros de dessins animés qui se trouvent sur les emballages des produits destinés aux enfants font le bonheur des petits. Mais ces personnages très attachants sont dans le collimateur du bureau européen des consommateurs (BEUC).

Lien entre mascottes et obésité

Les mascottes sont accusées de promouvoir des produits trop riches. "Trop riches en sucre, en graisses et parfois même en sel", précise Pauline Constant, porte-parole au BEUC. "Or, il y a un lien entre ces aliments peu sains et l’obésité infantile." D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), en Europe, un enfant sur trois est en situation de surpoids ou d’obésité. Il est clair que les mascottes ne sont pas responsables à elles seules de ces problèmes de poids. "Il n’empêche", poursuit Pauline Constant, "elles ont un pouvoir incroyable sur les enfants qui sont incapables de faire la différence entre publicité et divertissement".

Une mine d’or pour les marques

Aucun rayon n'est épargné. Biscuits, céréales, yaourts, chips, glaces et même charcuteries, les mascottes et personnages de dessins animés sont partout. Ces héros rapportent gros. Les bénéfices merchandising de Disney, liés à la vente de produits dérivés tels que jouets, vêtements et aliments, rapportent plusieurs milliards de dollars par an. Une mine d’or pour Disney mais aussi pour les marques qui sont prêtes à payer très cher pour orner leurs produits des princesses et voitures vues dans les dessins animés.

L’objectif du BEUC n’est pas de supprimer les mascottes mais d’inciter les industriels et les distributeurs à les utiliser pour promouvoir des produits plus sains. Un combat qui est loin d’être gagné…

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK