Procès Pierson: l'homicide n'était ni prémédité, ni intentionel, plaide la défense

Les avocats de Jérémy Pierson, Dimitri De Coster et Dimitri Soblet.
Les avocats de Jérémy Pierson, Dimitri De Coster et Dimitri Soblet. - © ANTHONY DEHEZ - BELGA

La défense de Jérémy Pierson, assassin présumé de la jeune Béatrice Berlaimont, a évoqué, ce mardi, lors des plaidoiries devant la cour d'assises du Luxembourg, un enlèvement qui a occasionné le décès, contestant de la sorte la préméditation et même le meurtre.

Jérémy Pierson doit répondre d'enlèvement, viol, séquestration et assassinat de la jeune Béatrice, 14 ans, enlevée sur le chemin de l'école à Arlon, le 21 novembre 2014. Il est aussi accusé d'une agression sexuelle sur une jeune automobiliste, Sauvane Watelet, le 4 décembre 2014 à Arlon également, soit trois jours après la découverte du corps de Béatrice dans une sapinière à Sesselich (Arlon). Il est encore visé par d'autres faits dont des vols de voiture en Belgique et en France, mais aussi d'agression sur une joggeuse dans un parc à Luxembourg et d'une femme à Saint-Avold (France), alors qu'elle était dans sa voiture.

Premier à prendre la parole, Me Dimitri De Coster a évoqué les deux semaines de procès. "On a entendu tant d'horreurs et à raison", a-t-il souligné. "Jérémy Pierson a reconnu le viol et la séquestration et d'une fille de 14 ans. Il a bafoué l'intimité de Sauvane. C'est ignoble."

Le danger de ce procès, c'est de ne jamais croire M. Pierson

Me De Coster a ensuite pris des éléments du dossier pour les contester sur le plan du droit. "Pour Sauvane, il n'y a pas eu de torture, c'est juridique", a plaidé le conseil de Jérémy Pierson avant de s'adresser à la victime. "Mademoiselle Watelet, votre résilience vous honore."

La défense conteste également des menaces en vue de voler un sac à un médecin à l'hôpital de Saint-Avold, dans lequel Jérémy Pierson s'était introduit de nuit, ou le nombre de coups de taser dont a été victime la joggeuse à Luxembourg.

"Le danger de ce procès, c'est de ne jamais croire M. Pierson", a conclu Me De Coster.

>> À lire aussi : Jérémy Pierson a bien usé de violence pour enlever la jeune Béatrice

Me Dimitri Soblet, avocat de Jérémy Pierson depuis le début de l'affaire, s'est lui surtout concentré sur les faits les plus graves soumis à la cour d'assises, à savoir les faits relatifs à Béatrice. Le conseil ne s'est toutefois pas plongé dans le fond du dossier, mais il a évoqué des concepts juridiques. "N'en faites pas un coupable car c'est un menteur, faites en un coupable pour ce qu'il a commis", a-t-il adressé au jury. "Les légistes ont dit que les constatations étaient compatibles avec la version de Pierson", a relevé l'avocat.

Les experts médecins-légistes sont arrivés à la conclusion que le de décès de Béatrice Berlaimont était dû à une asphyxie par compression au niveau du cou. L'accusé a expliqué avoir retrouvé l'adolescente qu'il avait enlevée morte dans un mirador à Allondrelle-la-Malmaison (France), où il l'avait laissée entravée par une corde et du ruban adhésif. Mais selon les conclusions des experts, deux possibilités peuvent expliquer le décès: soit une pendaison, soit une strangulation par des liens avec une personne se trouvant au dessus-de la victime.

"Nous sommes juste certains d'une chose, c'est que Béatrice n'est jamais arrivée à l'école", a relevé Me Soblet. La défense conteste donc la préméditation, mais également l'intention homicide. "C'est un amateur, il n'y a pas une bagnole qu'il a fauchée qui ne s'est pas embourbée. C'est la démonstration d'une improvisation", a lancé le conseil de l'accusé.

Pour l'avocat la mort de l'adolescente est la conséquence de son enlèvement, mais sans que la mort ait été voulue. "Pierson, c'est un enleveur d'enfant et cela a malheureusement occasionné le décès. Mais en retenant cela, vous n'allez pas le dédouaner."

Direct de Danielle Welter et interview de l'avocat de Jérémy Pierson dans le JT 13 heures:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK