Procès Eternit: les accusés connaissaient les effets nocifs de l'amiante

Lors du procès Eternit à Turin
Lors du procès Eternit à Turin - © AFP PHOTO / GIUSEPPE CACACE

Le tribunal de Turin a publié lundi les considérants du procès Eternit. Il en ressort que les industriels suisse Stephan Schmidheiny et belge Louis de Cartier connaissaient la nocivité de l'amiante mais n'ont rien fait pour y remédier.

Les deux hommes ont été condamnés à seize ans de prison en février pour la mort de milliers de personnes dans les quatre usines italiennes du groupe Eternit S.p.a. Gênes. Dans les 733 pages de considérants, le tribunal juge que leur comportement a été marqué par "une tromperie d'une gravité extrême".

Stephan Schmidheiny et Louis de Cartier -considérés par l'accusation comme les dirigeants de la société- avaient connaissance des problèmes liés à l'amiante, écrivent les juges piémontais, citant en particulier une étude datant de 1968.

"Malgré tout", ils ont continué et n'ont pas cru devoir agir pour améliorer l'environnement de travail et limiter la pollution dans les usines du groupe. Au contraire, les accusés ont "cherché à cacher et à minimiser les effets nocifs" de l'amiante "pour l'environnement et pour les personnes", ajoute le document.

Selon les juges, "aucune circonstance atténuante ne peut être retenue, car il semble évident que les accusés ont agi en exécution d'une même volonté criminelle".

Le milliardaire suisse, âgé de 65 ans, et le baron belge, 91 ans, ont été condamnés le 2 février pour "catastrophe environnementale intentionnelle" et "omission volontaire des mesures anticatastrophe". Ils devront aussi payer les frais de justice et verser d'importants dédommagements aux quelque 4500 parties civiles.

Les deux hommes ont annoncé leur intention de faire recours.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK