Procès du Musée juif: selon une amie de Mehdi Nemmouche, il était parti faire la guerre en Syrie (direct commenté)

Procès du Musée juif: un journaliste pris en otage en Syrie revoit Mehdi Nemmouche (direct commenté)
Procès du Musée juif: un journaliste pris en otage en Syrie revoit Mehdi Nemmouche (direct commenté) - © POOL - BELGA

Ce jeudi matin, quatre journalistes français sont appelés à témoigner devant la cour d’assises de Bruxelles. Entre 2013 et 2014, ils ont été retenus otages en Syrie. Un de leurs geôliers se faisait appeler Abou Omar. Lorsque Mehdi Nemmouche est arrêté, Nicolas Hénin, un des journalistes otages, reconnaît en lui son geôlier. Cette confrontation devrait donc être intéressante. D’autant qu’une des phrases de Mehdi Nemmouche à l’époque était : « On se retrouvera quand tu témoigneras contre moi à mon procès ». Cela sonnait comme une promesse.


►►► A lire aussi: Procès du Musée juif: témoignages glaçants de deux journalistes ex-otages en Syrie


Cet après-midi, un couple d’amis de Mehdi Nemmouche est appelé à témoigner à la barre. On entendra également d’autres témoins visuels de l’attentat du 24 mai 2014.


En résumé :

  • Sur les 4 journalistes français appelés à témoigner, seuls deux sont venus : Didier François et Nicolas Hénin.
  • Didier François est formel, il reconnait la voix de Mehdi Nemmouche dans la voix des vidéos de revendication : "On reconnait son phrasé, il a une manière de raconter des histoires, il y a un style narratif qui est le sien, il a une vraie patte".

  • Nicolas Hénin est, lui aussi, ferme et définitif : "Je n'ai strictement aucun doute sur le fait que Mehdi Nemmouche était mon geôlier et mon tortionnaire en Syrie. Je l'ai connu sous le nom d'Abou Omar".

  • Les anciens otages se rappellent : "Nos nuits étaient rythmées par les bruits des coups, les bruits des hurlements des victimes, mais aussi ceux des tortionnaires". 
  • Nicolas Hénin utilise trois adjectifs pour décrire Mehdi Nemmouche : sadique, ludique et narcissique.
  • Nicolas Hénin n’a jamais entendu la moindre référence religieuse dans la bouche de Mehdi Nemmouche. "Beaucoup de nos geôliers ponctuaient leurs phrases d'invocations divines, ce n'était pas du tout son cas".
  • Lors de son témoignage, Nicolas Hénin se rappelle le surnom que donnait Mehdi Nemmouche à Didier François : "Mon petit Didier". À cette expression, Mehdi Nemmouche ne peut s'empêcher d'afficher un large sourire. La présidente le voit : "Manifestement, il s'en souvient, il sourit".
  • Une amie de Mehdi Nemmouche est venue témoigner à la barre. Elle parle de lui comme quelqu'un de respectueux, poli, un bon garçon.
  • L'amie et son conjoint avaient des contacts avec Mehdi Nemmouche quand il était en Syrie. "Je pense qu'il était parti faire la guerre".

 


Retrouvez ci-dessous notre direct commenté de ce jeudi d’audience :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK