Procès du Musée juif: pendant ses auditions filmées, Mehdi Nemmouche demandait des jokers

Procès du Musée juif: auditions d'un ex-inculpé et de témoins venus de Marseille (direct commenté)
Procès du Musée juif: auditions d'un ex-inculpé et de témoins venus de Marseille (direct commenté) - © IGOR PREYS - BELGA

Après son arrestation à Marseille, Mehdi Nemmouche a été auditionné huit fois par la police française. Le procureur général a demandé que ces auditions filmées soient diffusées dans la salle d'audience de la Cour d'assises de Bruxelles. La raison: depuis le début de ce procès Mehdi Nemmouche refuse de parler.

Le visionnage de ces auditions a commencé la semaine dernière (sept heures de film en tout). L'attitude de Mehdi Nemmouche est interpellante. Tantôt il rit aux éclats, tantôt il semble complètement détaché par rapport aux faits extrêmement graves qui lui sont reprochés.

Dans l'après-midi, on devrait entendre Mounir Attallah, ex-inculpé dans ce dossier. Il était soupçonné d'avoir apporté une aide à Mehdi Nemmouche tout comme Nacer Bendrer. Il a finalement bénéficié d'un non lieu.

Dans la suite des auditions, d'autres témoins venus tout droit de Marseille devraient être entendus. Ce sont des connaissances de Nacer Bendrer.

En résumé :

  • Mehdi Nemmouche a poursuivi dans son attitude arrogante. Après un énième DAS, il a ajouté avec un grand sourire : "Je pense que je vais faire des livres. Je vais vous en dédicacer un".
  • Pendant son audition, il a demandé un joker : "Joker ! J'ai droit à un joker !".
  • À la question de savoir ce qu'il pense de la situation en Syrie, il a répondu : "Le régime de Bachar est un régime criminel. Celui qui est chez Bachar, c'est le mauvais. Comme celui qui était dans le régime de Vichy à l’époque".
  • À un moment, Mehdi Nemmouche parle de Tito [NDLR : dictateur yougoslave] et utilise l'expression "fumer quelqu'un". Hier, les ex-otages français ont rapporté une phrase attribuée à leur geôlier Abou Omar qu'ils ont formellement identifié comme étant Mehdi Nemmouche. Celui-ci aurait dit qu'il voulait "fumer une petite juive de 4 ans".
  • Pendant son audition, Mounir Attallah, ex-inculpé dans ce dossier, parle de Mehdi Nemmouche comme de quelqu'un de gentil, tranquille, très calme. Quelqu'un qui faisait aussi du sport comme tout le monde : "On courait, on faisait des pompes, la barre". 

Notre direct commenté:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK