Procès du Musée juif : la perpétuité pour Mehdi Nemmouche, 15 ans pour Nacer Bendrer

Après huit heures de délibérations, le verdict est tombé : Mehdi Nemmouche est condamné à la prison à perpétuité et d’une mise à disposition du tribunal d’application des peines pour une durée de 15 ans. Nacer Bendrer écope, lui, de 15 ans de prison et d’une mise à disposition du tribunal d’application des peines de 5 ans. Concrètement, la mise à disposition signifie qu'à la fin de leur peine, ils pourraient être maintenus en prison pendant 5 ou 15 ans, si le tribunal le juge nécessaire.

Ils avaient tous deux déjà été reconnus coupables de quatre assassinats à caractère terroriste jeudi passé, l’un comme auteur, l’autre comme coauteur du quadruple assassinat à caractère terroriste perpétré au Musée juif de Belgique, le 24 mai 2014. La peine infligée à Mehdi Nemmouche n’est pas une surprise : le parquet avait requis la prison à vie ce lundi après-midi et les avocats de Mehdi Nemmouche n’ont même pas plaidé sur la peine. « À la demande de Mehdi Nemmouche, nous ne comptons pas plaider sur la peine », avait déclaré Me Courtoy.


►►► Revivez le procès du musée juif avec notre dossier


 

Quant à Nacer Bendrer, ses avocats avaient demandé aux jurés de faire la différence entre leur client et Mehdi Nemmouche, de prendre en compte le fait que ce n’était pas lui qui avait « appuyé sur la gâchette », et de lui reconnaître des circonstances atténuantes. Ils avaient demandé une peine de prison de 15 ans maximum. « Cela veut dire qu’il en fera au moins 10, avait déclaré Me Vanderbeck. Il sortira à 41 ans. S’il a ce message-là, il aura la force nécessaire pour devenir un autre homme et mettre ce temps en prison à profit ».

Mehdi Nemmouche a prononcé trois mots avant que le jury ne parte en délibérations : « La vie continue ». Ce sera derrière les barreaux.

La réaction du frère d’une des victimes

Daniel Strens, le frère, d’Alexandre Strens (la plus jeune des quatre victimes), se dit déçu par la peine infligée à Nacer Bendrer.

La réaction de Me Lurquin, avocat d’une rescapée : « C’est historique »

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK