Procès de la rue du Dries: une constitution de partie civile tardive

Le procès de la rue du Dries doit débuter le 5 février 2018
Le procès de la rue du Dries doit débuter le 5 février 2018 - © BRUNO FAHY - BELGA

Un collectif de victimes des attentats du 22 mars souhaite se porter partie civile au procès de la fusillade la rue du Dries. Une demande tardive puisque ce procès, où comparait Salah Abdeslam, doit débuter ce lundi 5 février. 

Cette demande émane du collectif V-Europe, une association qui regroupe une partie des victimes des attentats du 22 mars à Bruxelles. Ce mardi après-midi, cette association a confirmé à la RTBF qu'une demande de constitution de partie civile avait été rédigée et que les conclusions allaient être transmises au tribunal lundi matin. Pour cette association il existe un lien entre les attentats du 22 mars et la fusillade qui a eu lieu une semaine plus tôt à Forest, rue du Dries, au cours de laquelle Salah Abdeslam allait prendre la fuite, et il est donc logique qu'elle soit représentée à ce procès.

"Quel est le lien avec la rue du Dries ?"

D'un point de vue juridique l'affaire est loin d'être évidente. Le procès qui s'ouvre lundi concerne exclusivement les faits liés à la fusillade. Les attentats du métro Maelbeek et de l'aéroport font l'objet d'une autre instruction, et d'un autre procès qui sera organisé beaucoup plus tard.

Lundi matin, le tribunal devra donc prendre connaissance de cette demande. Il pourrait soit l'écarter et le procès pourra démarrer comme prévu, soit décider de la prendre en considération, soit reporter le débat à une audience ultérieure. Dans ce cas les avocats de Sofien Ayari et Salah Abdeslam, les deux prévenus, pourraient à leur tour demander à pouvoir rédiger et déposer des conclusions. "Je m'étonne de cette constitution et de son objet, quel est le lien avec la rue du Dries", s'interroge Sven Mary, l'avocat de Salah Abdeslam.

Le début de ce procès très attendu, pour lequel Salah Abdelsam doit quitter la prison de Fleury-Merogis pour une incarcération temporaire  à la prison de Vendin-le-Vieil dans le nord de la France le temps du procès, pourrait en être un petit peu chahutée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK