Procès De Gelder: Elza Van Raemdonck "s'est fortement débattue"

"Dites la vérité, s'il vous plaît! ", l'avait imploré une des filles d'Elza. Elle voulait savoir si Kim De Gelder était resté longtemps dans la maison.

"Je suis encore resté, oui", a-t-il indiqué. "Combien de temps? ", a demandé le président. "Environ cinq minutes."

Le président a alors essayé de faire en sorte que Kim De Gelder explique ce qui s'est précisément passé dans la chambre à coucher. L'accusé a bafouillé quelque chose et le président a continué ses questions. Kim De Gelder a expliqué qu'il l'avait poignardée, qu'elle avait voulu se retourner et qu'il était tombé avec elle. "Je lui ai donné un dernier coup de couteau dans la gorge", a-t-il déclaré. "Elle présentait des blessures de défense. S'est-elle vigoureusement défendue? ", a demandé le président. "Elle s'est fortement débattue contre les mouvements que je faisais", a répondu l'accusé. Le président a également voulu connaître les derniers mots de la victime, ou si elle avait crié. "Elle a crié 'aw'." Cela n'a pas duré longtemps, selon Kim De Gelder.

L'avocat Jef Vermassen avait auparavant déjà insisté sur le "sentiment terrible" pour les proches de ne pas savoir ce qui s'est passé dans la chambre à coucher.

La fille aînée a livré un témoignage émouvant sur sa mère, une femme dure à la tâche, qui faisait tout pour rendre ses enfants heureux. "Quand nous rentrions de l'école, elle s'arrangeait toujours pour papoter avec nous. Si nous avions encore besoin de quelque chose pour l'école, elle sautait sur son vélo pour aller faire une course."

Le beau-fils a décrit Elza comme "une lionne pour ses enfants".

Tout comme mardi, l'enquête policière consécutive aux faits du 16 janvier 2009 a été évoquée. "Je suis arrivée au commissariat et ils m'ont fait croire que mon père aurait pu faire ça", a expliqué la fille. "Quelque part, cela casse la confiance au sein de la famille; tout le monde devient suspect." Son père l'a vécu très difficilement, souligne la femme. La famille a été soulagée en apprenant que Kim De Gelder était l'auteur du crime.

Jef Vermassen est revenu sur l'incident de mardi, lors duquel la juge d'instruction Evi Muylaert a reproché au médecin de famille d'Elza Van Raemdonck d'avoir voulu délivrer un certificat de décès pour cause naturelle, malgré les 17 coups de couteau. L'avocat a suggéré que la juge d'instruction "ait voulu se dédouaner, car l'enquête avait été orientée pour faire avouer votre père". Le beau-fils a confirmé que toute la famille avait été choquée.

Après les témoignages, le président Koen Defoort a demandé si Kim De Gelder voulait dire quelque chose. L'accusé est resté penché en avant et a secoué la tête. Il n'a pas encore parlé mercredi.

Kim De Gelder, 24 ans, répond devant la cour d'assises de Flandre orientale de quatre assassinats et 25 tentatives d'assassinats.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK