Procès Abdeslam/Ayari: "Je verrai si Salah Abdeslam veut faire appel", dit son avocat

De gauche à droite : Isa Gultaslar, Laura Severin, Romain Delcoigne et Sven Mary.
3 images
De gauche à droite : Isa Gultaslar, Laura Severin, Romain Delcoigne et Sven Mary. - © POOL - FREDERIC SIERAKOWSKI - BELGA

Salah Abdeslam et Sofiane Ayari ont tous deux été condamné lundi matin à 20 ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Bruxelles pour tentative d'assassinat à caractère terroriste et possession illégale d'armes à feu. Retour sur les réactions des différents avocats. 

Maître Isa Gultaslar, avocat de Sofiane Ayari, a, comme l'avocat de Salah Abdeslam Maître Sven Mary, expliqué qu'il devait s'entretenir avec son client afin de savoir s'il y a lieu d'interjeter appel. Le pénaliste s'est dit perplexe concernant la motivation du jugement. Il estime que le tribunal n'est pas allé au bout de la réflexion, notamment en ne répondant pas à la question de savoir qui a tiré sur les policiers.

"Nous allons analyser le jugement de fond en comble. Il nous paraît assez créatif, surtout pour le problème de procédure", a réagi l'avocat de Salah Abdeslam, Me Sven Mary, lundi vers 11h00, au palais de justice de Bruxelles. "Je verrai avec Salah Abdeslam quel est son souhait, s'il veut faire appel ou non", a-t-il précisé. "Je vais lui faire de recommandations, mais c'est lui qui prendra la décision", a conclu l'avocat.

L'avocate des policiers satisfaite

"Je ne peux pas me prononcer sur la peine en tant que partie civile mais je peux dire que je suis satisfaite du jugement dans son ensemble. C'est un jugement très bien motivé qui correspond à la jurisprudence", a déclaré Maître Maryse Alié, l'avocate de plusieurs policiers victimes de la fusillade rue du Dries. "Que le tribunal ait estimé que le fait d'avoir fait feu sur des policiers avec des armes de guerre est un acte terroriste me satisfait particulièrement", a ajouté l'avocate.

Ses clients, des policiers français qui faisaient partie du groupe d'intervention rue du Dries le 15 mars 2016, ont obtenu des dommages et intérêts de plusieurs dizaines de milliers d'euros.

L'association des victimes pas reconnue partie civile

L'association de victimes des attentats de Bruxelles V-Europe ne s'est pas montrée trop déçue de ne pas avoir été reconnue partie civile au procès de Salah Abdeslam et Sofien Ayari pour la fusillade de la rue du Dries. Elle estime que son message a été entendu et attend désormais une réaction de la part du législateur.

"Il y a une petite déception, mais le principal est que les victimes aient pu se faire entendre", a commenté l'avocat de l'association, Maître Lys, à la sortie du tribunal.

"Notre démarche allait au-delà de la reconnaissance comme partie civile. Le message que nous avons porté, à savoir qu'il y avait un lien, une continuité entre les attentats de Paris du 13 novembre 2015 et ceux de Bruxelles du 22 mars 2016, a été reconnu. Le droit actuel fait que nous n'avons pas pu être reconnus comme partie civile, nous attendons donc désormais une réaction du législateur pour adapter la loi."

Extrait du JT de la mi-journée de ce lundi 24 avril:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK