Prix CAP48 : Les Francos de Spa au top de l'accessibilité

Une offre sans cesse améliorée.

Xavier Anciaux, est administrateur-délégué de l'ASBL Plain-Pied, un bureau d'étude qui a pour but d'optimaliser l'autonomie des personnes à mobilité réduite. Il est également en charge de l'accessibilité au sein du festival spadois. La récompense reçue ce mercredi, il l'attribue à un travail de longue haleine et à une offre en accessibilité qui n'a cessé de s'améliorer depuis 12 ans.

"La première année, nous avons comptabilisé seulement 50 personnes souffrant de handicap présentes lors du festival. L'an dernier, en 2013, ce sont 900 personnes qui ont pu assister aux concerts grâce à tous les services mis en place. A présent, les personnes handicapées sont réellement au coeur de l'événement. Le regard du public "normal" a également changé. Les premières années, il empiétait sur les espaces et infrastructures réservées. Aujourd'hui cela ne se voit plus du tout."

Tous les handicaps sont pris en compte

Au centre ville, 70 emplacements de parking sont réservés. Au départ de ces emplacements, une signalétique particulière indique les accès aux différentes scènes qui bénéficient toutes d'un espace réservé au chaisards et à leur accompagnateur. Des toilettes adaptées sont également disponibles sur tout le site du festival.

Mais cela ne s'arrête pas là. Tous les types de handicap sont pris en compte. La signalétique est ainsi proposée en braille pour les personnes aveugles ou mal-voyantes. Pour les personnes sourdes ou mal-entendantes, des traductions en langue des signes sont proposées lors des concerts. Pour les traductrices en langue des signes, c'est un travail tout à fait particulier. Christiane Broeckman travaille au Service d'interprétation des Sourds de Wallonie. Elle explique : "une seule chanson demande entre 3 et 5 heures de préparation. Il s'agit de respecter le texte, bien entendu, mais également d'intégrer toutes les intentions de l'artiste. Respecter le rythme, les rimes. Lorsque nous signons les concerts, il y a presque une chorégraphie dans la manière dont nous enchaînons les signes. Dans la mesure du possible, nous essayons de rencontrer les artistes avant le concert. En 2012, c'est un grand souvenir, Stromae a passé plus d'une heure avec nous pour que nous soyons parfaitement en phase, lui et nous. Quand l'artiste prend à ce point en compte notre travail lors de son spectacle, c'est le top."

Victime de son succès en matière d'accessibilité

François Colinet est journaliste. Il couvre chaque année les Francos et les autres festivals estivaux pour le site "Culture" de la RTBF. François est chaisard et pour lui, c'est clair, les Francos ont une longueur d'avance en matière d'accessibilité. "Toutes les scènes, à la seule exception du jardin des Francos, bénéficient d'un espace réservé aux personnes à mobilité réduite. Pendant le festival, je peux circuler dans la ville de manière totalement autonome sans aucun problème. Un très gros travail a été réalisé à ce niveau". L'avantage des Francos, c'est que le festival se déroule dans une ville. Il est moins compliqué d'adapter l'accessibilité dans une ville que sur une grande plaine herbeuse, là où se déroulent d'autres festivals.

Mais aujourd'hui déjà les Francos sont victimes de leur réputation, une réputation positive pourtant, en matière d'accessibilité pour les personnes handicapées. "Les places de parking réservées dans le centre ville sont déjà trop peu nombreuses, souligne François. Il y a par ailleurs de plus en plus d'associations d'aides aux personnes handicapées qui viennent aux concerts et les espaces réservés devant les scènes deviennent trop exigus. L'accessibilité est évidemment un point très positif, mais paradoxalement, cette accessibilité est victime de son succès. Plus on en fait et plus il est nécessaire d'en faire".

Un label d'accessibilité

Le site internet www.acces-i.be renseigne les événements qui se tiennent chez nous et qui offre une accessibilité en toute autonomie ou avec une aide ponctuelle. Les Francos de Spa sont évidemment reprises sur ce site.

 

N.Rondelez

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK