Prisons : la proposition sur les droits de visite est rejetée, des actions en vue ce mardi

Prisons : la proposition sur les droits de visite est rejetée, des actions en vue ce mardi
Prisons : la proposition sur les droits de visite est rejetée, des actions en vue ce mardi - © BRUNO FAHY - BELGA

Les syndicats ont évalué négativement la proposition de l’administration pénitentiaire d’assouplir le droit de visite dans les prisons. Un avis de grève avait déjà été déposé, ce qui signifie que des actions sont possibles à partir de mardi matin.

Contacts physiques entre détenus et visiteurs

A partir de cette semaine prochaine, les contacts physiques entre les détenus et les visiteurs seront à nouveau autorisés. Ces derniers mois, il y a eu des restrictions en raison de la pandémie de coronavirus. Les syndicats, soulignant l’augmentation des chiffres de contamination, ont réagi avec beaucoup d’inquiétude à l’assouplissement et ont déposé un préavis de grève la semaine dernière.

Lors d’une réunion cette semaine, l’administration pénitentiaire a donc proposé des mesures d’accompagnement, comme une période de quarantaine de deux semaines pour les détenus ayant bénéficié d’une visite sans surveillance.

Nous craignons que le taux d’occupation ne soit bientôt dépassé

Mais la proposition a été rejetée par le front syndical commun, a déclaré vendredi Robby De Kaey d’ACOD Justice. Il se réfère aux chiffres des contaminations généralement en hausse. "Le département corona de Bruges est désormais occupé à 60%, soit 15 détenus infectés. Nous craignons qu’avec des règles de visite plus flexibles, le taux d’occupation ne soit bientôt dépassé et qu’un département corona supplémentaire doive être ouvert à Vilvorde, avec toutes les conséquences pour notre personnel bruxellois".


►►► À lire aussi : Coronavirus en prison : 33 détenus et 77 membres du personnel contaminés


 

La proposition de la direction d’appliquer une quarantaine de 14 jours après une visite non supervisée n’est pas non plus réalisable en raison d’un problème de capacité. "Cela concernerait 28 prisonniers par semaine", a déclaré De Kaey. Les syndicats demandent à nouveau des conseils spécifiques du Conseil national de sécurité sur les modalités de visite dans les prisons.

Ils espèrent maintenant une réponse de l’administration pénitentiaire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK