Prison d'Ittre: quand ouvrira la section pour les détenus radicalisés?

La mise en place de l'aile pour les détenus radicalisés prend du temps
La mise en place de l'aile pour les détenus radicalisés prend du temps - © Archive NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Les prisons sont des lieux propices au recrutement et à la radicalisation. Que faire alors des détenus radicalisés ? Que faire de ceux qui recrutent et radicalisent ? Le ministre de la Justice, Koen Geens a bien son plan depuis pratiquement un an. Mais la mise en place du plan prend du retard. Certaines sources parlent à présent du mois de juin.

Comment prendre en charge une nouvelle section de "déradicalisation" à la prison d'Ittre, alors que dans le même temps le gouvernement veut rationaliser de 10% le budget lié au personnel dans toutes les prisons du pays.

Pour les syndicats, l'ouverture de la nouvelle aile va dépendre des conclusions données sur un exercice théorique de rationalisation réalisé à la prison d'Ittre. C'est ce qu'explique Philippe Lievens, délégué syndical CGSP : "Pour le personnel d'Ittre, il est hors de question d'ouvrir cette aile tant que le personnel n'est pas là en suffisance. Comment va-t-on faire s'il manque des gens dans cette aile, et qu'on n'est pas complet non plus pour le reste de la prison : on fait comment?"

"Nous avons de sérieuses craintes quant à la sécurité"

Pour Laurence Clamar, secrétaire permanente CSC-Services publics, la rationalisation pose de nombreuses questions, notamment de sécurité : "La question est de savoir si l'on va pouvoir ouvrir cette section de déradicalisation sans déforcer le reste de la prison d'Ittre. Et la rationalisation est pour le syndicat une catastrophe, puisque les prisons fonctionnent déjà en sous-effectif. Et demain, avec 10% en moins, nous avons de sérieuses craintes quant à la sécurité des détenus et des agents".

À Ittre, selon les syndicats, ce ne sont pas moins de 26 agents qui seront nécessaires pour ouvrir cette nouvelle section.

Au cabinet du ministre de la Justice, on nous répond que Koen Geens s'était engagé avant Noël à recruter 54 nouveaux agents, cela afin de renforcer les équipes dédiées à la lutte contre la radicalisation dans les prisons.

Comment seront-ils répartis entre Hasselt et Ittre? Quand seront-ils engagés ? On ne le sait pas encore.

Selon le cabinet de la Justice, l'accueil de ces détenus radicalisés va se faire graduellement pendant l'année. Cette nouvelle aile à Ittre pourra accueillir une vingtaine de détenus. Ce seront essentiellement des personnes radicalisées pour qui les traitements et thérapies diverses n'ont donné aucun résultat probant et qui pourraient alors - à leur tour -radicaliser d'autres détenus.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK