Près de six visites aux urgences sur dix sont "inappropriées"

Image d'illustration
Image d'illustration - © BELGA PHOTO JULIEN WARNAND

Près de six visites aux urgences sur dix, soit 56% des 1,9 million de visites en 2008, étaient "inappropriées", selon une étude présentée ce lundi par la Mutualité socialiste. Pour faire face à l'engorgement des services d'urgences, elle propose une série de mesures.

Ainsi, moins d'une urgence sur deux (44%) s'avère "appropriée" (selon les critères de la Mutualité socialiste, lorsque qu'il s'agit de recours référés via le médecin généraliste (MG) ou le 100, d'urgence suivie d'une hospitalisation, d'urgence avec salle de plâtre, d'un patient décédé le jour même, d'urgence psychiatrique ou d'accouchement dans les trois mois).

Les très jeunes enfants (0-5 ans), les jeunes adultes (15-24 ans) et les plus de 75 ans recourent davantage aux services d'urgences que le reste de la population.

Les Bruxellois recourent plus aux services d'urgences (21%) que les Wallons (19%) et les Flamands (14%). Et c'est également à Bruxelles que le taux de visites appropriées est le plus faible, avec 13% contre 21% en Flandre orientale.

En moyenne, deux urgences sur dix passent par la première ligne (MG ou le service 100) sur lesquelles près de six cas sur dix sont appropriés.

A l'inverse, un patient sur six a eu recours à un service d'urgence de manière appropriée sans avoir été référé.

Ces patients sont donc injustement pénalisés par un ticket modérateur majoré, estime la Mutualité socialiste qui propose de renforcer la garde de première ligne, améliorer la collaboration avec les hôpitaux et sensibiliser la population à la problématique des gardes.


Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK