Près de 1500 Belges touchés par une vaste arnaque aux manuscrits anciens

En introduisant une demande de revendication, les détenteurs d'un manuscrit ou d'une lettre ancienne espèrent le récupérer. Si celui-ci, pour une raison ou pour une autre, ne peut pas être restitué, une créance équivalant à la valeur supposée du manuscrit devra être inscrite dans la faillite. Aristophil proposait notamment à des collectionneurs (ou investisseurs) d'acheter un manuscrit, tout en le laissant à la disposition de la société qui pouvait l'exposer dans ses deux musées des lettres et manuscrits (Paris et Bruxelles).

Parallèlement, Aristophil garantissait un rendement annuel de 8%, pendant cinq ans. Sous le coup de deux enquêtes pénales, une menée en Belgique, l'autre en France, l'empire Aristophil s'est effondré. En Belgique, la faillite a été déclarée à la fin de l'année dernière. 

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK