Premières journées du matrimoine: "Les femmes ne sont pas mises en valeur dans l'histoire"

Premières journées du matrimoine: "Les femmes ne sont pas mises en valeur dans l'histoire"
Premières journées du matrimoine: "Les femmes ne sont pas mises en valeur dans l'histoire" - © Tous droits réservés

Ce week-end des 28 et 29 septembre auront lieu à Bruxelles, les 1eres journées du matrimoine en Belgique ! On en parlait en avril dernier, le matrimoine a été mis à l’honneur en France et on se demandait quand ce genre d’événement aurait lieu chez nous, nous voilà donc exaucées !

L’idée a été lancée par un groupe d’architectes désireuses de montrer l’empreinte des femmes dans l’histoire de la Belgique.

Nous avons rencontré Apolline Vrancken, l’une des architectes de "L’architecture qui dégenre", à l’origine de ces journées.

Interview.

Les Grenades : Pourquoi une journée du matrimoine ?

Apolline Vrancken : "Parce qu’aujourd’hui, les journées du patrimoine ne mettent malheureusement pas encore assez en valeur le travail et la contribution des femmes à l’héritage culturel, architectural belge. Pour remédier à ce manque, on a eu envie, avec une équipe de plusieurs architectes de proposer une solution et d’organiser les premières journées du matrimoine en Belgique."

Les Grenades : La Belgique a-t-elle un grand matrimoine ?

A.V. : "Malheureusement, même si l’héritage des femmes est grand, l’histoire telle qu’on la connaît et telle qu’elle nous a été racontée pendant des siècles, on fait souvent l’impasse sur la contribution des femmes et l’histoire a été écrite majoritairement par des hommes… Ce qui fait qu’aujourd’hui pour trouver un petit peu les matrimoines belges et bruxellois, il faut chercher mais il s’avère que nous avons une équipe du tonnerre avec des expertes pour éclairer notre lanterne et nous raconter un récit différent des histoires qu’on nous raconte habituellement."

►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe.

Les Grenades : Alors concrètement, comment ca se déroulera ce week-end ?

A.V. : "On a procédé par inscription parce qu’on a préféré des événements de qualité plutôt que de la qualité. Donc on a 4 promenades dans Bruxelles. Par exemple samedi on est sur du matrimoine historique, on a invité une artisane tailleuse de pierre ainsi qu’une architecte qui est restauratrice… On va aller visiter plusieurs cafés emblématiques de Bruxelles. Toutes les balades ont été très vite soldout. Et puis dimanche on s’intéresse au matrimoine contemporain. Il reste un événement public, sans réservation donc, place Marie Janson, dès 16h avec plein de surprises et une réflexion autour de l’accès au logement pour les femmes. Parce qu’aujourd’hui, les femmes sont encore discriminées par les bailleurs et les bailleuses parce qu’elles ont moins de capital économique, parce qu’elles sont en charge de familles etc etc… "

Les Grenades : Cette première édition a lieu à Bruxelles, peut-on imaginer, l’année prochaine, que ces journées aient lieu dans d’autres villes ?

A.V. : "Oui ! L’idéal pour nous c’est de nous exporter partout en Belgique et de montrer que ce n’est pas qu’à Bruxelles, même s’il y a une concentration plus forte, notamment grâce à toute l’histoire du quartier des Marolles. Mais évidemment on n’est pas en reste dans les autres villes ne serait-ce qu’avec les Béguinages qui est un matrimoine fondamental chez nous."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK