Coût des études : quelles aides pour les étudiants ?

Des étudiants ont manifesté cette semaine devant les bureaux de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour dénoncer le manque d’initiatives en faveur d’une diminution du coût des études. Un sujet qui a pris une nouvelle dimension avec l’immolation par le feu d’un étudiant à Lyon.

La Fédération des étudiants francophones a par ailleurs fait les comptes : une année d’étude coûte entre 8 et 12.000 euros. Un investissement que ne peuvent se permettre de nombreux jeunes et leurs familles. Aux ouvrages de référence et diverses photocopies s’ajoutent le minerval, le logement, l’abonnement de train, etc. Conséquence : pour s’en sortir un étudiant sur quatre serait contraint de travailler.

Pourtant, comme l’explique la directrice du service d’aide aux étudiants de l’UCLouvain, Florence Vanderstichelen, des aides existent.

Au-delà des bourses, des aides très variées

On connaît les bourses délivrées par la Fédération Wallonie-Bruxelles en fonction du revenu des parents et/ou de l’étudiant (environ 20% des étudiants de la Fédération Wallonie-Bruxelles en bénéficient) mais, par ailleurs, "il existe des mécanismes propres à chaque établissement d’enseignement supérieur. Chaque établissement reçoit des budgets sociaux."

D’autres aides sont adaptées aux besoins spécifiques des étudiants de chaque faculté : "Il existe des aides individuelles ou des prêts de matériel. Mais cela peut aussi aller jusqu’au financement d’une épicerie locale, d’une crèche pour les enfants des étudiants. Sans parler des aides psychologiques, en soins de santé, ou des aides au logement." Des aides cumulables et qui peuvent atteindre les 6000 euros.

Mais tout le monde n’est pas logé à la même enseigne : "parfois, les critères ne permettent pas d’aider un étudiant. C’est le cas pour les étudiants dont les parents ont les moyens de payer les études mais refusent de le faire." Une solution est alors de permettre au jeune d’obtenir plus facilement un travail ou d’accéder à une épicerie solidaire.

Des demandes en augmentation

Si les étudiants ne sont pas toujours au courant qu’ils ont droit à des aides, à l’UCLouvain, ils sont néanmoins de plus en plus à se présenter au service de Florence Vanderstichelen. "La tendance générale dans l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur, y compris à l’UCLouvain, est à une augmentation. Cela s’explique d’abord par l’augmentation générale du nombre d’étudiants en Belgique mais proportionnellement, ils sont de plus en plus à être précarisés. Il y a d’ailleurs de plus en plus d’étudiants qui sont soutenus par le CPAS." Les CPAS qui soutiennent désormais les étudiants, un signe que la problématique a bien atteint les oreilles du service public ?

Si le défi que représente la précarité étudiante commence à faire écho au niveau politique, c’est parfois chez les jeunes eux-mêmes que l’information circule mal : "un grand nombre de jeunes imaginent qu’il leur est impossible d’accéder aux études supérieures, et ce même si des mécanismes sont en place et s’améliorent d’année en année."

Depuis qu’elle dirige le service d’aide à l’UCLouvain, Florence Vanderstichelen affirme avoir vu le budget qui lui était alloué augmenter sans discontinuer. Reste cependant à évaluer la quantité de familles qui n’ont pas conscience que des aides pourraient permettre à leur enfant d’accéder à l’enseignement supérieur.

Prendre contact avec les services d’aides aux étudiants

La solution se trouve alors dans ces services. Les familles y ont la possibilité de demander des simulations permettant de connaître les aides auxquelles elles ont droit. "En plus de l’aide financière, et parce que certaines familles qui n’ont jamais fait d’études supérieures n’ont pas les codes de ce type d’enseignement, nous offrons des aides pédagogiques et psychologiques à l’adresse des étudiants. Afin que ceux-ci acquièrent ces codes."

L’objectif : que chaque jeune qui souhaite se lancer dans un processus d’apprentissage puisse le faire malgré les freins économiques ou sociaux qui se présentent à lui.

 

Retrouvez la Semaine Viva chaque samedi de 13h à 14h avec Régine Dubois et Christophe Grandjean. Toutes les séquences sont à (re) découvrir sur Auvio !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK