Pré-alerte de crue pour la Vesdre, la basse Lesse sous surveillance

"Normalement, les précipitations attendues en seconde partie de journée ne viendront pas modifier les prévisions de l'état des eaux en Wallonie. Même si de petites remontées ne sont toutefois pas exclues", indique Paul Dewil du SETHY.

En Flandre, plusieurs cours d'eau du Limbourg sont touchés par les précipitations. La Gette et son affluent, la Démer, sont en phase d'alerte de crue. Le Geer, le Dommel et la Grande Nèthe sont en phase de pré-alerte de crue suite à la montée des eaux de ces derniers jours, selon la Société flamande pour l'Environnement (Vlaamse Milieumaatschappij).

L'IRM n'a pas enregistré de record quant à la quantité de pluie tombée depuis lundi. Mais l'Institut météorologique estime toutefois que le phénomène était exceptionnel par sa durée. "Ce genre de zone pluvieuse stationnaire immobilisée durant plusieurs jours au-dessus du pays est généralement observé en automne et en hiver. En été, les orages intenses mais courts sont plus courants. Les débordements des cours d'eau étaient cependant limités grâce aux plantes absorbant le surplus, mais aussi aux températures plus élevées qui favorisent l'évaporation. Ces pluies auraient pu causer d'importants dégâts en hiver", indique David Dehenauw, de l'IRM.

La nébulosité restera variable jusqu'au week-end, avec un risque d'averses. Le temps deviendra plus sec dés la semaine prochaine.

Néanmoins, les pluies devraient diminuer au nord-est du pays, laissant la situation sous contrôle, explique Paul Dewill, le coordinateur du centre régional de crise : "L'accalmie que nous avons connue au cours de la nuit, s'est traduite par une diminution des niveaux. Les pics de crue sont atteints partout et on est bien orienté à la baisse, pour l'instant".

On n'a plus connu des telles conditions depuis juillet 1980

Selon le SETHY, la situation n'est pas courante dans la mesure où, d'habitude, au mois de juillet et août, on a plutôt des précipitations avec des caractères orageux, alors que cette fois-si il s'agit de précipitations continues. Il faut remonter au mois de juillet 1980 pour retrouver, un petit peu, le même genre de conditions météorologiques à part, qu'à l'époque, les précipitations étaient beaucoup plus fortes que cette fois-ci.


Colette Jaspers

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK