Pourquoi meurent les abeilles...

RTBF
RTBF - © RTBF

Un rapport scientifique pointe à nouveau le rôle d'un parasite dans la surmortalité des abeilles. Mais certaines questions demeurent sur le rôle potentiel d'autres facteurs, comme le manque de nourriture, l'exposition aux pesticides, des virus, le climat.

En Wallonie, comme dans de nombreux autres régions, les apiculteurs sont confrontés depuis une dizaine d'années à un inquiétant problème d'effondrement des colonies d'abeilles. Certains attribuent cette mortalité à l'utilisation par les agriculteurs de semences enrobées d'insecticide, parmi lesquelles le fameux Gaucho (dont la molécule active est l'imidaclopride).

En 2004, la Région wallonne avait demandé au Pr Eric Haubruge, de la Faculté universitaire des sciences agronomiques de Gembloux, d'évaluer les facteurs de risque liés au dépérissement des abeilles. Après un premier rapport rendu à l'automne 2007, celui-ci a prolongé ses travaux pour aboutir à une nouvelle évaluation communiquée au cabinet du ministre de l'Environnement, Benoît Lutgen (cdH), en septembre dernier, et dont La Libre Belgique a pu prendre connaissance.

L'actualisation de l'étude confirme les conclusions précédemment avancées par le scientifique: à ses yeux, l'imidaclopride serait innocent des mortalités d'abeilles observées en Belgique. Celles-ci seraient "davantage liées à un problème de gestion des ruchers" par les apiculteurs, en particulier le manque de ressources alimentaires en suffisance (pollen et nectar) pour aider les insectes à passer l'hiver et des problèmes dans le traitement de la Varroa, un parasite originaire d'Asie apparu en Belgique au milieu des années 80.

Selon le rapport, la Varroa est le premier agent responsable de la mortalité. Affaiblies par ce parasite, les abeilles seraient d'autant plus vulnérables à des virus particulièrement dommageables pour l'espèce. Les observations réalisées ont ainsi identifié six de ces virus massivement présents dans les ruchers.

Le Pr Haubruge pointe encore du doigt le fait que les acaricides utilisés en nombre par les apiculteurs présentent également un lien avec la surmortalité observée.

(Belga)

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK