Pourquoi le vaccin contre le coronavirus tarde à arriver en Belgique, contrairement à la Grande-Bretagne ?

Des autorisations devraient être données après 21 décembre par les autorités européennes.
Des autorisations devraient être données après 21 décembre par les autorités européennes. - © ARIANA DREHSLER - AFP

Certains pays comme la Grande-Bretagne, les Etats-Unis ou encore le Canada ont entamé leur campagne de vaccination contre le coronavirus. Dans l’Union européenne en général et en Belgique en particulier, il faudra patienter. Pour quelles raisons ? La décision de mise sur le marché d’un vaccin n’est jamais prise à la légère a fait savoir Yves Van Laethem, porte-parole du Centre de crise Covid-19 lors d’un point-presse ce mercredi.

Ce n’est pas la même chose ailleurs

En Grande-Bretagne, le premier vaccin a été délivré le 8 décembre. Aux Etats-Unis et au Canada, c’était le 14. L’Union européenne préfère attendre. Certains parlent de retard. "Cela est lié à l’examen des données" des laboratoires pour "délivrer un type d’autorisation bien précis. Ce n’est pas la même chose ailleurs".

Dans l’UE, on parle d’une autorisation "conditionnelle" qui n’est accordée que si toutes les données nécessaires en termes de santé et de sécurité ont été fournies aux autorités compétentes, à savoir l’Agence européenne des médicaments. "Cette autorité demande de fournir des rapports supplémentaires pour attribuer une autorisation" de mise sur le marché.

Pas prise à la légère

Il s’agit d’une "évaluation approfondie", qui n’est "pas prise à la légère" insiste Yves Van Laethem. Il faut, pour l’agence, déterminer si les avantages du vaccin sont plus importants que les risques.

La procédure relative à l’attribution d’une autorisation de mise sur le marché d’un vaccin contre le coronavirus est identique aux demandes liées à d’autres vaccins.

Dès lors, pourquoi d’autres pays ont fait le choix d’accélérer la mise à disposition du vaccin contre le Covid-19 ? Cette utilisation précoce repose sur une "autorisation d’urgence, temporaire", avec une nécessité de fournir moins de preuves aux autorités de contrôle. Yves Van Laethem n’hésite pas à déclarer qu’il y a "moins de rigueur".

Le temps de l’urgence

"Ce type d’autorisation", comme en Grande-Bretagne "a été conçu pour une utilisation précoce et temporaire dans une situation d’urgence", uniquement pendant le temps l’urgence. A noter que l’autorisation "peut être interrompue à tout moment".

Le déploiement du vaccin prendra un peu plus de temps dans l’Union européenne. Toutefois, les échéances ont été avancées. L’agence européenne des médicaments devait remettre un avis le 29 décembre. La réunion de ses membres a finalement été avancée au 21 décembre. Dès que l’avis est rendu, la commission européenne peut donner son feu vert. "Alors, on pourra vacciner dans les états."

Le Centre de crise précise une autre particularité pour le vaccin covid. Les firmes pharmaceutiques devront fournir un rapport périodique mensuel aux autorités sanitaires européennes et non pas deux fois par an comme pour les autres vaccins. "Ce mécanisme garantit que cette campagne est sûre."

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK