Pourquoi le suspect du meurtre de Julie Van Espen était-il en liberté?

Steve B., l’homme de 39 ans suspecté d’avoir tué Julie Van Espen était en liberté conditionnelle alors qu’il avait été condamné à 4 ans de prison pour viol. Ce qui, bien évidemment, pose question. Car les proches de Julie Van Espen ne pourront que penser que la jeune fille serait toujours vivante si l’homme avait été incarcéré.

Ce matin, le tribunal de première instance d’Anvers a indiqué qu’il comprenait la consternation de ceux qui s’interrogent sur le fait qu’un homme condamné pour viol en première instance soit toujours en liberté.

Premier viol en 2016

Les faits remontent au 31 octobre 2016. Le suspect est arrêté et incarcéré le 7 novembre. Deux mois et demi plus tard, en janvier 2017, il est placé en liberté conditionnelle. Son affaire est plaidée en correctionnelle en juin 2017 et le 30 juin il est condamné à quatre ans de prison. Steve B. fait appel et, en attendant, il est laissé en liberté.

Loi du 21 décembre 2017

Le fait que Steve B. n’ait pas été incarcéré à la suite de sa condamnation est une conséquence de la loi du 20 juillet 1990. Afin d’éviter l’engorgement des prisons, l’article 33, paragraphe 2 prévoit, qu’en cas d’appel d’une décision d’un tribunal de première instance, le condamné est laissé en liberté s’il a comparu libre (ce qui était le cas de Steve B). Le risque de récidive n’entre pas en ligne de compte. Seul le risque de fuite est en fait examiné.

Il n’a pas été incarcéré en attendant son procès en appel. Lors de l'écriture de cet article le 7 mai, aucun élément ne permettait d'affirmer que Steve B. n'avait pas respecté les conditions fixées à sa mise en liberté, mais ce samedi 11 mai, Belga annonce qu'il ressort du casier judiciaire de Steve Bakelmans que celui-ci n'avait pas respecté ses conditions de permission de sortie de prison par le passé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK