Pour Yves Van Laethem, "il faudra décider ce week-end" si la Belgique doit être reconfinée

Pour Yves Van Laethem "il faudra décider ce week-end" si la Belgique doit être reconfinée
Pour Yves Van Laethem "il faudra décider ce week-end" si la Belgique doit être reconfinée - © Tous droits réservés

Tandis que les chiffres qui concernent l’épidémie de coronavirus en Belgique ne cessent d’augmenter, Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19 était invité dans le journal télévisé de 19h30. Il estime qu’un reconfinement est toujours envisageable, et ce, malgré le durcissement des règles imposées par le fédéral, puis par les entités fédérées vendredi dernier et le week-end.

"Ce sont les lits de sons intensifs qui seront le côté limitatif, nous sommes à 1000 lits occupés, fin de semaine nous serons probablement à 1250 lits. C’était le maximum qu’on avait lors de la première vague. C’est énorme", alerte le docteur. Selon ses estimations, à l’horizon du 20 novembre prochain, c’est le cap des 2000 lits occupés dans les unités de soins intensifs du pays qui devrait être franchi.

"Tout préparer" pour un reconfinement

Un reconfinement doit-il alors être à l’agenda ? Le spécialiste recommande de "préparer tout" : "Je pense qu’il faudra décider en fin de semaine si les chiffres ne bougent pas à ce moment-là pour ne pas risquer de crever le plafond qui n’est pas un plafond de verre justement. Il faudra décider ce week-end." Il estime aussi que si de nouvelles règles sont édictées, elles devront être mises en application dans les 24 heures qui suivent "parce que les résultats ne peuvent pas tarder".


►►► À lire aussiCoronavirus en Belgique: la Flandre moins touchée? Elle a juste "10 jours de retard sur la situation épidémiologique du sud du pays"


L’espoir de ne pas devoir essuyer un nouveau durcissement des règles persiste toutefois : "On peut encore s’en sortir sans confinement mais si pour la fin de la semaine on n’a pas de signes de frémissement au niveau des hospitalisations, ce sera peut-être la dernière limite." Par quel moyen peut-on alors passer à côté d’un scénario catastrophe ? "Il y a moyen d’éviter cette crise si la population respecte les recommandations qu’on lui a données et si on est prêt à appuyer sur le dernier bouton si nécessaire", plaide Yves Van Laethem.

Malgré tout, le docteur Van Laethem ne cache pas son inquiétude et il le dit : "Je suis plus inquiet, très clairement, qu’il y a 8 jours parce que les chiffres n’ont pas bougé et qu’effectivement, sans adhésion de la population, on peut avoir un réel problème."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK