Pour sauver les koalas, les Belges se mobilisent

Après les chiens renifleurs, les collectes pour sauver les koalas australiens. La cause semble porteuse. Le 3 janvier, la comédienne australienne Celeste Barber a lancé une cagnotte en ligne sur Facebook pour les pompiers de son pays confrontés à des feux de forêts catastrophiques, dont l’organisation est basée sur le bénévolat.

Une cagnotte à 30 millions

"Plein d’amour à nos copains australiens", "en espérant que cette image puisse inspirer encore quelques personnes à passer à l’action": sur les réseaux sociaux, les images des forêts australiennes en flammes ou de koalas assoiffés font grimper les cagnottes d’aide. Et selon l’AFP, ladite cagnotte a récolté plus de 30 millions d’euros de dons venus du monde entier, émanant selon Facebook de plus de 1,2 million de personnes.

WWF Belgique : du jamais vu

Dans les bureaux belges du WWF, le téléphone chauffe. 6000 donateurs en à peine une semaine pour l’"appel d’urgence pour l’Australie ". Pour Jessica Nibelle, porte-parole, c’est tout simplement du jamais vu.

260.000 euros, c’est énorme, jamais le WWF n’avait levé autant de fonds pour une situation d’urgence.

"Nous sommes pour l’instant à 260.000 euros (de 6000 donateurs), c’est énorme, jamais le WWF n’avait levé autant de fonds pour une situation d’urgence. Même par rapport à des grands pays, comme les Etats-Unis, le Royaume-Uni, ou les Pays-Bas qui sont réputés très généreux d’habitude… Eh bien on est très très forts".

Adopte un koala

Emilie et Celia, elles, ont opté pour l'" adoption " de Paul, un koala rescapé – mais dont les flammes ont brûlé 90% du corps. "On a pris le plus abîmé, parce qu’on a pensé que personne n’en voudrait. Nos parents ont d’abord voulu vérifier qu’il ne s’agissait pas d’une arnaque, et puis on a versé 40 euros pour qu’il soit soigné."

"Il n’est pas à nous, plusieurs personnes l’ont 'adopté' ", ajoute la grande sœur. "On ne peut pas aller en forêt pour les sauver. Donc donner de l’argent, c’était le plus facile".

Du tricot pour les kangourous

Et puis il y a ceux qui donnent de leur temps. Julia Tulli est en plein travail à Awans. Elle est administratrice d’un groupe Facebook qui propose à tout un chacun de confectionner des petits paniers et des sacs, destinés à accueillir les bébés kangourous et koalas qui ont perdu leur mère.

"En quatre jours, on a plus de 500 membres, on a des messages qui affluent d’un peu partout. Des gens qui veulent savoir comment faire des dons, aider, mais nécessairement financièrement".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK