Les attentats du 13 novembre 2015, un sujet "tabou" pour Salah Abdeslam

Mohammed Abdeslam, frère de Salah.
Mohammed Abdeslam, frère de Salah. - © RTBF

C’est le frère, Mohamed Abdeslam qui parle : "J’ai accepté malgré mes réticences à parler à la presse pour clarifier la situation."

"Pour prendre un avocat, tout s’est finalement décidé lors de la dernière visite à Salah il y a quelques jours. Il a fini par se laisser convaincre par la famille" et Mohamed d’ajouter que c’est Salah qui a mis comme condition que ce soit Sven Mary. Après une ultime confirmation de Salah par téléphone lundi, sa famille a officiellement demandé à Sven Mary d’assurer sa défense sur le volet "rue du Dries". Ce que l’avocat a fini par accepter au terme d’un court délai de réflexion. La famille a souhaité qu'il prévienne alors très vite les autorités judiciaires. Car un report devenait inévitable. Et il était inutile de mobiliser des moyens importants pour un procès qui n'aura finalement pas lieu. 

Les discussions sur les attentats restent pour Salah un sujet "tabou"

Lors des visites, son frère affirme aborder des sujets très généraux où il est aussi question de leurs connaissances communes. Mais pas question de parler des attentats: "J’aimerais le faire évoluer là dessus mais pour l’instant il n’est pas prêt. Il se braque si on aborde ce sujet". Je suis conscient qu'en allant le voir une à deux fois par mois on l'aide. Cela reste mon frère mais je souhaite qu'il finisse à terme par s'expliquer sur les faits et sur le chemin qui l'a conduit à participer aux attentats. 

Le fait d’accepter d’être défendu, un premier pas

Mohamed Abdeslam espère voir son frère revenir à une vision de l’Islam non radicalisée, mais il estime que les conditions de détention de celui-ci aboutissent à un résultat contraire. Salah se réfugie dans "sa" religion. Mohamed estime avoir un rôle à jouer sur le chemin d’une indispensable "rédemption" mais à quoi bon se décarcasser si la justice française ne l’aide pas.

Le retour de Sven Mary devrait permettre de renouer un contact rompu avec les autorités judiciaires estime le frère de Salah "si cela se passe bien côté belge, ce sera un premier pas vers un changement d’attitude".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK