Portrait de Marc Van Ranst, le virologue qui combat le coronavirus, mais aussi la N-VA

Portrait de Marc Van Ranst, le virologue qui combat le coronavirus, mais aussi la N-VA
Portrait de Marc Van Ranst, le virologue qui combat le coronavirus, mais aussi la N-VA - © Tous droits réservés

Vous avez sûrement déjà entendu les analyses de l’épidémiologiste Marius Gilbert ou du microbiologiste Emmanuel André sur les différentes plateformes de la RTBF. En Flandre, le monsieur coronavirus, c’est Marc Van Ranst. Portrait du virologue qui combat le virus dans son métier. Sur Twitter, il combat l’extrême droite et les mouvements nationalistes flamands.

Que ce soit VRT ou VTM ou dans la presse flamande, Marc Van Ranst explique tous les jours comment lutter contre le virus. Membre du "Risk Assessment Group" pour lutter contre le covid-19, Marc Van Ranst, il n’en est pas à sa première crise virale.


►►► À lire aussi : "Cette épidémie durera environ 10 semaines", prévoit le virologue Marc Van Ranst


En mai 2007, il est désigné président du comité scientifique sur la grippe aviaire à la demande du ministre fédéral de Santé de l’époque, Rudy Demotte (PS). Lors de la grippe mexicaine (H1N1) en 2009-2010, il deviendra commissaire de la gestion de crise, aka "commissaire influenza".

De "Commissaire Influenza" à "Docteur Haine"

Actif sur Twitter depuis 2012, Van Ranst ne communique pas seulement sur sa spécialité professionnelle. Comme le révèle un article de DaarDaar, le virologue se transforme en faiseur d’opinion sur les réseaux sociaux. Il ne manque d’ailleurs pas de s’attaquer à la N-VA, au Vlaams Belang ou autres mouvements flamingants.

Quelques jours avant les élections fédérales et régionales de 2019, il tweete : “Une voix pour la N-VA, c’est une voix pour un Vlaams Belang light. Tu ne peux pas être un peu raciste.”

Les partis visés par ce tweet ont du mal à cacher leur hostilité envers le professeur :

[traduction par DaarDaar]

– Michael Freilich, ancien rédacteur en chef de Joods Actueel (magazine juif), aujourd’hui député fédéral N-VA : "Un malade mental, ce Van Ranst"

– Stefaan Sintobin, député flamand Vlaams Belang : "La honte de la Flandre, voilà ce que tu es, ô grand professeur sur-subventionné"

– Annick De Ridder, échevine anversoise, activité portuaire et développement urbain, N-VA : "Bloquez-moi ce fou ! Ne cherchez même pas à comprendre"

– Theo Francken, député fédéral N-VA : "Aka Docteur Haine "

Mais quand il est question de lutte contre la pandémie, les idéologies politiques ne jouent plus aucun rôle. Il y a une semaine, Bart De Wever ne se sentait pas bien. Il craignait d’être atteint du coronavirus et s’est fait dépister. C’est dans le laboratoire de la KULeuven de Marc Van Ranst que les tests ont lieu. Le virologue a alors prévenu personnellement Bart De Wever par message : "négatif".


►►► Lire la suite sur DaarDaar


 

Interview dans le JT du 20/03/2020 - L'importance de respecter les règles

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK