Pollution et réchauffement climatique : en savoir plus sur le concept "Zéro émission nette" en trois questions

1. Que signifie le concept "zéro émission nette"?

Le concept de "zéro émission nette" se réfère aux gaz à effet de serre : il implique que toutes les émissions de gaz à effet de serre produites par les activités humaines doivent être retirées de l’atmosphère grâce à des mesures de réduction, jusqu’à ce que le bilan climatique net de la Terre soit équivalent à zéro, donc après avoir enlevé les diminutions naturelles et artificielles de CO2. Ce ne serait qu’à partir du moment où l’activité humaine serait "zéro émission nette" qu’elle serait climatiquement neutre que la température mondiale pourrait se stabiliser.

2. Que sont les sources d'"émissions négatives de CO2" et en quoi consiste la méthode "Carbon Dioxide Removal"?

Afin de limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C, il faut éliminer et stocker de façon permanente le CO2 présent dans l’atmosphère. Cela peut se faire en compensant les émissions de ce gaz à effet de serre par la méthode "Carbon Dioxide Removal (CDR), l’élimination du dioxyde de carbone (CO2). Ces techniques de compensations sont qualifiées de sources d'"émissions négatives" de CO2, ou aussi "puits de carbone". Grâce à ces techniques, le carbone atmosphérique sera stocké, selon un mécanisme naturel ou artificiel. C’est principalement la photosynthèse qui permet de fixer le CO2 dans la biomasse organique (les feuilles mortes par exemple), en utilisant l’énergie solaire. Quelques exemples de puits de carbone : les océans, les forêts en formation, les tourbières.


►►► À lire aussi : Réchauffement climatique, pollution, gaz à effet de serre : comment va la Terre en 2021 ?


Pour agrandir artificiellement les puits de carbones naturels, les humains peuvent utiliser différentes techniques, dont le reboisement par exemple : plantation massive d’arbres.

L’ONG Oxfam attire l’attention ce mardi sur les effets négatifs que peut avoir un objectif climatique "zéro émission nette", qui repose sur l’utilisation de vastes étendues de terres dans les pays à faible revenu pour y planter des arbres. Cela pourrait entraîner une hausse de 80% du prix des denrées alimentaires et une aggravation de la faim dans le monde, tout en permettant aux pays riches et aux entreprises de fuir leurs responsabilités climatiques.

3. Quels sont les objectifs de limitation du réchauffement climatique ?

En décembre 2019, la COP25 (conférence sur les changements climatiques) n’a pas montré de réelles avancées. La Commission européenne a annoncé l’objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050, ce qui représente déjà une ambition gigantesque pour un pays comme la Belgique. Le Parlement européen ne considère pas qu’atteindre la neutralité carbone signifierait zéro émission de CO2 dans l’atmosphère, mais bien un "équilibre entre les émissions de carbone et l’absorption du carbone de l’atmosphère par les puits de carbone".

En novembre 2021 se tiendra à Glasgow la COP26, qui est présentée par son président comme le "dernier espoir" pour empêcher une hausse incontrôlée des températures. Les dirigeants de 196 pays seront réunis.

Selon les Nations unies, il faudrait que les émissions diminuent de près de 8% par an pour ne pas dépasser l’augmentation globale de 1,5 °C prévue dans l’accord de Paris : cela équivaudrait à économiser chaque année jusqu’en 2030 la même quantité d’émissions que pendant la pandémie de coronavirus.

Voir aussi le site de la fondation suisse myclimate

Sur le même sujet:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK