Pollution en Belgique : trafic, agriculture et poussière du Sahara chargent l'air en particules fines

Alerte smog à Bruxelles (image d'illustration de 2009)
Alerte smog à Bruxelles (image d'illustration de 2009) - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Des concentrations élevées de particules fines ont été relevées par les réseaux de mesure des trois Régions du pays, signale mercredi la Cellule interrégionale de l'environnement (Celine). Un phénomène créé par l'oxyde d'azote du trafic, l'ammoniac de l'agriculture en combinaison avec un nuage de poussières en provenance du Sahara.


►►► Comment une vague de sable venue du Sahara peut-elle colorer notre ciel?


En Flandre, les moyennes sur les 24 dernières heures en PM10 et en PM2,5 dépassent respectivement 50 et 35 microgrammes par mètre cube (¿g/m3), les seuils à partir desquels la population est informée. En Wallonie, le seuil d'information pour les PM10 est également dépassé au nord du sillon Sambre-et-Meuse, précise Celine. Le seuil d'information est aussi atteint en Région bruxelloise, où des mesures pour encourager les alternatives à la voiture seront mises en place si la situation dure plus de deux jours, selon un communiqué de Bruxelles Environnement.

"Les concentrations de particules sont élevées en raison de la remise en suspension de poussières et de la formation de particules secondaires (inorganiques et organiques). Les particules inorganiques secondaires sont formées par des réactions entre les oxydes d'azote (provenant principalement du trafic) et l'ammoniac de l'agriculture lorsque les conditions météorologiques sont favorables (peu de vent, nuits humides et fraîches, ensoleillé pendant la journée)", explique Celine. Un nuage de poussière du Sahara peut également contribuer dans le courant de la journée à l'augmentation des concentrations.


A lire aussi Sable venu du Sahara: les images du ciel rouge de ce lundi matin


Les conditions météorologiques resteront défavorables mercredi. Dans la nuit et jeudi matin, une zone de pluie traversera le pays, avec un air polaire moins pollué qui entraînera une amélioration significative de la qualité de l'air, indique Bruxelles Environnement.

Les particules fines peuvent occasionner une diminution des fonctions respiratoires et l'apparition de problèmes cardiovasculaires, des maladies respiratoires ou encore une hausse des symptômes chez les personnes asthmatiques. Les personnes souffrant de problèmes respiratoires et cardiaques, les asthmatiques ainsi que les personnes âgées et les très jeunes enfants encourent un risque plus élevé. Les autorités leur déconseillent les activités physiques prolongées comme le jogging.

Sable venu du Sahara: JT du 22/02/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK