Plutôt que de ramasser vos feuilles mortes et les porter au parc à conteneurs, laissez-les au jardin!

Souffleuse et aspirateurs en action dans le parc du Cheneau à Braine-l'Alleud
Souffleuse et aspirateurs en action dans le parc du Cheneau à Braine-l'Alleud - © S. Vandreck

A la chute des feuilles, chaque année, les ménages  belges déploient des efforts considérables et se débarrassent de centaines de kilos de déchets de jardin.

Des déchets qui n’en sont pourtant pas, rappelle une rubrique du site Daardaar. Chaque année, nous émettons ainsi des tonnes de CO² pour conduire ces déchets au parc à conteneurs avec notre propre voiture ou via un ramasseur... alors que ces feuilles sont en fait très utiles au jardin !

Le Code forestier stipule d'ailleurs qu’il est interdit de ramasser des feuilles en forêt car cela appauvrirait le sol et affaiblirait fortement la forêt. Il en est de même pour notre jardin!

Désherber sans bâches ni herbicides

La faculté de bio-ingénieurs de l'UCLouvain étudie d'ailleurs une méthode pour l'agriculture biologique : utiliser les feuilles mortes comme alternative aux bâches en plastique, pour désherber des parcelles de maraîchage bio. On en verse une couche épaisse, d'au moins dix centimètres, sur la terre qui sera prochainement cultivée et, au bout de quelques semaines, elle est débarrassée de ses mauvaises herbes, sans que la qualité organique du sol n'ait été dégradée.

Les feuilles peuvent encore être recyclées en compost ou en paillage. La ferme de Lauzelle est le laboratoire à ciel ouvert où tout cela est testé. Cette solution permet notamment à la ville de Wavre de valoriser ses feuilles sans faire de frais.

Mais vous aussi, vous pouvez utiliser ces feuilles dans votre propre jardin, comme l'explique le site "Jardiner malin"

Deux précautions

Avant tout usage indiqué ci-dessous, il importe de s'assurer que vos feuilles peuvent convenir :

  • Des feuilles saines : les feuilles que vous utilisez doivent être exemptes de maladie, de champignon et de parasite qui pourraient hiverner pour réapparaître au printemps. Dans le cas contraire, il vaut mieux les porter au parc à conteneurs.
  • Attention à l'espèce d'arbres : les feuilles de laurier de platane ou de troène peuvent mettre plusieurs années à se décomposer. Il vaut alors mieux les stocker à part.

Une protection contre le gel

Un bon paillage peut protéger les plantes les plus sensibles. Beaucoup de fleurs à bulbes et tubercules sont sensibles au froid et méritent une bonne couverture en hiver. Pour cela, protégez-les avec un tapis épais de feuilles mortes d’environ 40 cm d’épaisseur.

Les feuilles peuvent également former un très bon paillage sur tous vos massifs, elles limiteront l’apparition des mauvaises herbes tout en fertilisant le sol.

Un fertilisant au potager

Les feuilles mortes représentent une formidable source de matière organique pour l’ensemble de vos plantations. Pendant l'hiver, vous pouvez étaler un grosse couche de feuilles mortes sur toute la parcelle non utilisée de votre potager, profitant ainsi de leur décomposition comme engrais.

Cette couche va faciliter la survie de l’écosystème pendant l’hiver. Mais les feuilles mortes peuvent aussi protéger les légumes racines encore en place contre le gel ce qui facilitera la récolte au fur et à mesure de vos besoins.

Enfin, elles limitent l’apparition de mauvaises herbes.

L'ingrédient idéal pour un compost

S'il vous reste des feuilles à utiliser, mettez-les au compos t! Si vous possédez un broyeur de végétaux, toutes les feuilles même les plus coriaces pourront être compostées (chênes, aiguilles de conifères, platanes...). L'étape du broyage permet de gagner du temps sur le processus de décomposition en réduisant la masse de végétaux et en la rendant consommable plus rapidement par la faune du sol.

Entre chaque couche de feuilles mortes, veillez à alterner avec une couche de déchets humides comme des résidus de tonte, des herbes récemment arrachées ou des pelures de légumes.

Attention, les feuilles mortes tombant en automne, votre compost va se décomposer en hiver et le froid peut freiner le processus. Ajoutez alors un activateur bio comme du purin d'ortie.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK