Dirigeants de la FIFA inculpés de corruption: "Ce n'est que le début"

Kelly Currie, le procureur fédéral de Brooklyn, lors de la conférence de presse
Kelly Currie, le procureur fédéral de Brooklyn, lors de la conférence de presse - © APTN

Les 14 inculpations annoncées ce mercredi contre des responsables et partenaires de la Fifa ne sont "que le début" a prévenu le procureur fédéral de Brooklyn Kelly Currie. La Justice américaine dénonce "la Coupe du monde de la fraude" jouée par la FIFA. "Aujourd'hui nous leur avons montré le carton rouge".

"C'est le début de notre effort, pas la fin", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse donnée ce mercredi à 14h30 GMT (16h30 heure belge).

Au cours de cette même conférence, la ministre américaine de la justice Loretta Lynch a accusé les hauts responsables inculpés d'avoir "corrompu les affaires du football mondial pour servir leurs intérêts et pour s'enrichir personnellement".

Elle a précisé que dorénavant une demande d'extradition des accusés vers les Etats-Unis allait être adressée à la Suisse afin de les juger. "Ce sera la prochaine étape dans ce dossier", a-t-elle indiqué.

Ce dossier illustre qu’à la FIFA on a joué "la Coupe du monde de la fraude. Aujourd'hui nous leur avons montré le carton rouge", a ironisé Richard Weber, un responsable de l’IRS, l’équivalent du fisc américain.

Plus de 150 millions de dollars d'argent sale identifiés

Neuf hauts dirigeants de la Fifa et cinq partenaires de l'instance mondiale du football ont été inculpés ce mercredi de corruption, blanchiment et racket à New York. Rien que pour ce dernier chef d’inculpation, le plus grave, a précisé Loretta Lynch, ils risquent jusqu’à 20 ans de prison.

Sept des inculpés ont été arrêtés à Zurich, où siège la Fifa, et où doit être organisée vendredi l'élection du président de la Fifa.

Les partenaires de la Fifa inculpés sont des professionnels du marketing sportif, soupçonnés d'avoir "payé de manière systématique et accepté de payer bien au-delà de 150 millions de dollars en pots-de-vin et commissions occultes pour obtenir de lucratifs droits médiatiques et marketing pour des tournois internationaux de football", selon les autorités judiciaires américaines.

L'attribution de la Coupe du monde 2010 concernée

Six autres personnes avaient plaidé coupable dans ce dossier entre juillet 2013 et mai 2015, dont Charles Blazer, ancien secrétaire général de la Concacaf et ancien membre du comité exécutif de la Fifa, et deux fils de Jack Warner, ancien membre du comité exécutif de la Fifa, déjà impliqué dans de nombreuses affaires de corruption, a-t-on encore appris au cours de cette conférence de presse.

Parmi les événements sportifs les plus prestigieux concernés par l'enquête, on retrouve notamment des tournois internationaux organisés sur le continent américain (la Copa America, l'équivalent de l'Euro en Amérique latine, a été nommément citée) mais également la Coupe du monde 2010, la première organisée sur le sol africain.

La Suisse a un autre dossier ouvert concernant cette fois l'attribution des Coupes du Monde 2018 et 2022

Lors d'une autre conférence de presse qui a eu lieu peu après 11H00, Walter De Gregorio, le représentant de la FIFA, a confirmé à plusieurs reprises sa certitude que la Russie en 2018 et le Qatar en 2022 recevront bien les équipes de la Coupe du monde de football. " Je peux vous dire cela, ni plus, ni moins "

Et cela alors qu'une autre procédure pénale a été ouverte contre X, par le parquet suisse cette fois, pour soupçon "de blanchiment d'argent et gestion déloyale" entourant les attributions des Coupes du monde de football de 2018 et 2022. Des documents électroniques ont été saisis au siège de la FIFA à Zurich.

La FIFA se présente comme la victime dans ces dossiers et dit avoir initié la procédure judiciaire le 18 novembre passé: "Nous fournissons toutes les informations que désire la juridiction suisse." La FIFA reconnaît pourtant que " Ce n’est pas bon pour notre image et notre réputation, mais la FIFA ne va pas modifier sa politique pour autant. Tant que des décisions (ndlr: judiciaires) ne seront pas prises, il y aura de la place pour la rumeur. "

Arrestations matinales: de très hauts responsables parmi les inculpés

Les fonctionnaires de police suisse ont arrêté plusieurs personnes tôt le matin à l'hôtel Baur au Lac. Un porte-parole de la police a confirmé à l'agence de presse suisse, ATS, l'existence de cette importante opération de police commandée par l'Office fédéral de la justice (OFJ).

Les membres de la Fifa inculpés sont Jeffrey Webb, vice-président de la Fifa et président de la Concacaf (Confédération de football d'Amérique du nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes); Eduardo Li, membre des comités exécutifs de la Fifa et de la Concacaf; Julio Rocha, chargé du développement à la Fifa; Costas Takkas, attaché au cabinet du président de la Concacaf; Eugenio Figueredo, actuel vice-président de la Fifa; Rafael Esquivel, membre du comité exécutif de la Conmebol; José Maria Marin, membre du comité d'organisation de la Fifa pour les jeux Olympiques; Nicolas Leoz, ancien membre du comité exécutif de la Fifa, ainsi que Jack Warner, qui est, comme précisé, un ancien membre du comité exécutif de la Fifa et a par le passé déjà été impliqué dans plusieurs affaires de corruption.

Le congrès annuel et l'élection du prochain président ne sont pas reportés

Les arrestations ont lieu alors que la Fédération internationale de football tient en fin de semaine son congrès annuel. L'élection du président de la FIFA est programmée vendredi à Zurich. Joseph "Sepp" Blatter, 79 ans, est favori pour un cinquième mandat face au Prince Ali, 39 ans, un de ses vice-présidents. Le président en exercice depuis 1998 s'était adressé à huis clos, à une réunion de Concacaf (Amérique du Nord, Amérique centrale et Caraïbes), qui représente 35 voix sur les 209 votants, dans un grand hôtel de Zurich.

En apprenant les arrestations, le Prince Ali, challenger de Blatter a déclaré : "C'est un jour triste pour le football". A la question d'un journaliste sur l'état d'esprit de Joseph Blatter "alors que la Fifa est de nouveau impliquée dans une affaire", le porte-parole a répondu que le président est serein ("relax"). "Il est calme mais il n’est pas impliqué. Il ne danse pas dans son bureau, mais collabore avec tout le monde. Il connaît les conséquences de ce qui arrive. Il n’est pas surpris par ce qui arrive." Quoi qu'il en soit, si les personnes arrêtées ne sont pas relâchées d'ici vendredi, elles ne pourront pas participer à l'élection du nouveau président.

Le porte-parole de la Fifa a répété que le congrès aura bien lieu " car l’affaire n’est pas liée au congrès " a-t-il insisté. Les élections sont également maintenues. Tout comme sont confirmées les Coupes du monde en Russie et au Qatar.

@jcverset et @julienvlass

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK