Plus de 90 organisations demandent à l'ONU que le "droit à une planète saine" soit reconnu comme droit universel

Selon les chiffres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 23% des décès mondiaux sont liés aux dommages et destructions de l'environnement naturel
Selon les chiffres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 23% des décès mondiaux sont liés aux dommages et destructions de l'environnement naturel - © Photo by corina ardeleanu on Unsplash

Des organisations issues de plus de 100 pays demandent que "le droit à un environnement sain et naturel" soit ajouté à la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH) des Nations unies. Leur campagne mondiale, baptisée "#1Planet1Right", se poursuivra jusqu’en 2023 pour les 75 ans de la DUDH. Ce lundi, plus de 111.000 personnes ont déjà signé la pétition qui vise 500.000 participants.

Ce nouveau droit universel a été proposé au Conseil des droits de l’homme des Nations unies par le Costa Rica, les Maldives, le Maroc, la Slovénie et la Suisse, rappellent les organisations dont font partie Natagora et Birdlife International. "Cela représente une première étape importante pour arriver à une décision en Conseil et plus tard à l’assemblée générale", ajoutent-elles.

"Urgences climatiques"

Selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 23% des décès mondiaux sont liés aux dommages et destructions de l’environnement naturel, alors que des centaines de millions de personnes souffrent de maladies en relation avec un environnement malsain et non naturel. Ce nouveau droit de l’homme pourra donc contribuer "à une révolution verte globale dont le monde a grand besoin pour reconstruire une société après la pandémie, qui tienne compte à la fois de la biodiversité et des urgences climatiques", soulignent les responsables de la campagne.


►►► À lire aussi : "Le réchauffement climatique, c’est une terre qui devient moins habitable. Et pour la Belgique, plus de tempêtes avec plus de dégâts"


"Le droit à une planète saine, reconnu comme droit humain universel, constituerait un outil de premier plan pour sauver la planète", ajoute David R. Boyd, rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l’homme et l’environnement. "Il est déjà à la base de beaucoup de progrès auxquels nous assistons dans différentes nations autour du globe."

Archive sujet JT du 24/09/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK