Plus de 25.000 morts du coronavirus en Belgique : "Je ne sais pas de quoi mon mari est décédé"

La Belgique a franchi la barre des 25.000 morts du Covid-19. Ce nombre permet de globaliser, comparer ou évaluer mais il ne rend pas compte des histoires individuelles cachées derrière un compteur. Parmi ces histoires, il y a celle de William T., un "bon vivant" comme on dit, un mari et un père qui, à 75 ans, croquait la vie jusqu’au jour où tout a basculé…

"Tout va bien, ne t’inquiète pas"

C’était le soir du 8 mars 2020, avant que le soleil inonde le printemps et l’été qui suivirent, avant que le Covid-19 fasse rimer soleil et chape de plomb. William T., se lève de table de très bonne humeur et lance, joyeux, à son épouse : "C’était très bon !". Il s’écroule une minute plus tard dans le fauteuil, terrassé par un AVC. Tout s’enchaîne très vite ensuite : l’ambulance, le transport jusqu’à l’hôpital Molière Longchamp à Forest. "Je n’ai pas paniqué, se souvient son épouse Mariette Debock, parce qu’il s’est relevé et m’a dit 'tout va bien, ne t’inquiète pas'."

"Le lendemain, je suis allée le voir, mais il avait été transféré à Erasme, à Anderlecht. Là, on a été autorisé à le voir pendant cinq jours. Il était paralysé du côté droit." Le Covid-19 s’est ensuite invité dans ce drame familial, mettant fin aux visites. Trois semaines plus tard, le 28 mars 2020, William T. passait de vie à trépas. Ses deux fils ont eu la "chance" de le revoir une dernière fois, ce ne fut pas le cas de son épouse. "Il avait 75 ans. Il était jeune pour mourir", murmure-t-elle. 


►►► À lire : Plus de 25.000 morts morts du coronavirus en Belgique : la vaccination éclaire le bout du tunnel


 

L’espoir jusqu’au bout

"J’ai gardé espoir jusqu’au dernier jour. Son fils appelait l’hôpital tous les jours et on avait tous les jours la même nouvelle : son état est stationnaire", précise Mariette Debock.

"Un jour, mes deux filles ont sonné à la porte et quand je les ai vues, j’ai compris. William était mort. J’espère qu’il était inconscient parce que William était un bon vivant." Mariette enchaîne :"Au bout du compte, je ne sais pas de quoi il est mort. Peut-être a-t-il attrapé le Covid dans les derniers jours de son hospitalisation. Je ne sais pas".

"Nos enfants nous ont présentés"

Mariette Debock et William T. formaient ce qu’on appelle une famille recomposée avec ses deux filles à elle, Sandra et Aurore, et ses deux fils à lui, Thomas et Nathan. Et singulièrement, c’est grâce à leurs enfants que leurs chemins se sont croisés. La fille de Mariette, Aurore, a épousé le fils de William, David.

"Les deux jeunes nous ont mis en rapport en riant… ça les amusait", explique Mariette Debock. "Quand je l’ai connu, il avait 52 ans et moi 54. Je ne cherchais pas à refaire ma vie et lui ne voulait pas d’une nouvelle femme. Petit à petit, nous sommes devenus amis… et c’est devenu ensuite un grand amour. William est devenu l’amour de ma vie. Il me manque terriblement. 'Tu me manques, mon chéri'… Je le lui dis plusieurs fois par jour, à haute voix. […] J’ai été heureuse comme vous ne pouvez pas l’imaginer. Je serais incapable de vous raconter des mauvais moments parce qu’il n’y en a pas eu."

Ni photo, ni patronyme

Par pudeur ou comme si elle voulait le garder pour elle, Mariette Debock raconte son amour perdu, mais ne souhaite nous donner ni une photo ni son nom de famille et lance : "Il était très beau, vous savez".

"Mes deux filles viennent me voir, mais je suis souvent invitée chez David, l’un des deux fils de William. On ne parle pas de son père. Je n’en parle pas. Quand je vais chez lui, je me sens très heureuse. Je m’entends bien aussi avec ses deux fils… car ce sont ses gamins."


Cet article fait partie d’une série consacrée aux personnes mortes pendant la pandémie de Covid-19. Nous avons voulu expliquer les données chiffrées publiées par les sites de référence alors que la barre des 25.000 morts du coronavirus a été franchie ce samedi 5 juin. Au-delà des chiffres, nous vous proposons des témoignages et une immersion dans différents milieux professionnels particulièrement confrontés à la pandémie, parce que les chiffres ne sont pas que des chiffres et qu'ils renferment des histoires.

Samedi 5 juin 2021 :

Dimanche 6 juin :

Lundi 7 juin :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK