Plus de 12.000 armes à feu fondues à Gand, suite à l'amnistie sur les armes

Plus de 12.000 armes ont été détruites ce mercredi matin à Gand par ArcelorMittal. Il s'agit d'armes non-déclarées qui avaient été restituées par les propriétaires, en échange d'une amnistie appliquée durant l'année 2018

Le résultat de l'amnistie de 2018

En effet, entre mars et décembre 2018, les Belges propriétaires d'armes à feu non-déclarées ont ainsi eu dix mois pour se mettre en conformité avec la loi sur les armes, sans craindre de sanctions (c'est le principe d'une amnistie).

Les particuliers avaient le choix entre plusieurs options: se séparer de leurs armes, demander une autorisation, les vendre ou les neutraliser.

Au moins 12.000 armes à feu ont été récupérées de cette manière. ArcelorMittal à Gand en a détruit ce mercredi 12.552 armes, en présence des ministres de la Justice Koen Geens et de l'Intérieur Pieter De Crem. "Une part significative d'armes est définitivement retirée du circuit", soulignent-ils dans un communiqué commun.

Au total, 15.600 personnes ont fait une déclaration durant ces 10 mois. Mais le nombre total de déclarations revient à 37.500, une personne ayant la possibilité d'introduire plusieurs déclarations. 5,7 tonnes de munitions ont aussi été rendues et seront détruites avec l'intervention du service de déminage de l'armée SEDEE.

Les armes illégales en circulation diminuent visiblement depuis 10 ans, selon les Ministres

Selon Koen Geens, entre la première amnistie de 2008 et celle de 2018, il y a eu une évolution : "La situation s'est améliorée. 200.000 armes avaient été régularisées en 2008 et seulement 37.000 aujourd'hui. Donc je crois qu'il y en a encore très peu, même s'il y en aura toujours."

Le trafic illégal existe, "mais ceci permet de le réduire considérablement", pense quant à lui Pieter De Crem. À partir de janvier 2019 (et la fin de l'amnistie), les détenteurs d'armes illégales sont passibles d'amendes pouvant aller jusqu'à 25.000 euros et de peines de prison pouvant monter à 5 ans.

Des armes transformées en acier liquide

Les 12.552 armes rendues ont été transformées en acier liquide à 1.700 degrés Celsius pour devenir des tôles.

"Chaque année, nous faisons fondre plus d'un million de tonnes de déchets d'acier. Chaque tonne d'acier produite actuellement revient tôt ou tard à nouveau sous forme de déchets au sein de notre aciérie. Cela illustre bien la certitude que l'acier constitue la pierre angulaire d'une économie circulaire", a précisé Manfred Van Vlierberghe, PDG d'ArcelorMittal Belgium. 

Le haut fourneau de Gand est le dernier de Belgique. 

Plus d'images :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK