La charpente de Notre-Dame de Paris venue de "forêts primaires": qu'est-ce que c'est?

Plus assez de forêt primaire pour reconstruire la cathédrale Notre-dame de Paris
Plus assez de forêt primaire pour reconstruire la cathédrale Notre-dame de Paris - © Tous droits réservés

La charpente de la toiture de Notre-Dame de Paris était constituée de bois issus d’une forêt primaire. Mais qu’appelle-t-on une forêt primaire et où en trouve-t-on encore aujourd’hui ?

Une forêt primaire, c’est une forêt vierge, c’est-à-dire une forêt qui n’a jamais été détruite ni exploitée par l’homme. Elles ne sont plus nombreuses en Europe. En réalité, elles ont pratiquement toutes disparues sous la pression de l’agriculture et de l’exploitation du bois au fil des siècles. A deux exceptions près : la forêt de Bielowieza à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie et la forêt des Carpates en Roumanie. La première couvre une superficie de 1500 km2 dont plus de la moitié est inscrite au patrimoine de l’UNESCO. Au départ, domaine de chasse des Rois de Pologne, elle n’a jamais été exploitée depuis 10.000 ans.

Depuis peu, le gouvernement polonais affirme avoir dû effectuer des coupes importantes à la suite d’une invasion de scolytes, des insectes xylophages qui s’attaquent aux épicéas. Les associations environnementales ne nient pas le fait mais elles estiment que cette forêt a résisté pendant 10.000 aux invasions des scolytes, aucune raison qu’elle n’en soit pas moins capable aujourd’hui.

La forêt des Carpates, elle, est clairement menacée par les coupes illégales. Selon les estimations des autorités roumaines, quelque 80 millions de mètres cubes de bois auraient été coupés illégalement entre 1993 et 2013. La déforestation aurait ainsi fait perdre à la Roumanie environ 26% de sa couverture forestière initiale.

Se promener dans une forêt primaire : une sensation incroyable

Nous ne sommes pas nombreux en Europe à nous être déjà promenés dans une forêt primaire. Son aspect diffère beaucoup d’une forêt secondaire. « La moitié de la biomasse est du bois mort encore sur pied ou couché, nous explique Alain Peeters, docteur en agronomie à l’UCL. Les xylophages s’en nourrissent et toute une vie peut s’y régénérer. »

« Jusqu’à il y a peu, nous raconte Alain Peeters, nous pensions que la diversité des essences d’arbres était caractéristique des forêts tropicales. En réalité, elle est aussi abondante dans une forêt tempérée primaire, telle que Bielowieza ».

Autre caractéristique de cette forêt, les très gros mammifères y sont présents : les bisons, le loup, les cervidés et les chevaux sauvages comme le tartan. Cet expert s’est également étonné du nombre d’oiseaux qui y vivent.

Les forêts tropicales primaires sont des gruyères

Si les forêts primaires ont pratiquement disparu en Europe, la situation n’est pas meilleure dans le reste du monde.

La forêt amazonienne couvre 6 millions de km2. Près des deux tiers de sa surface se trouvent au Brésil, mais elle touche également huit autres pays, parmi lesquels la France, par le biais de la Guyane. Et elle est inscrite au patrimoine de l’Unesco. Malheureusement, ce trésor est menacé par la déforestation. Selon Francis Hallé, botaniste rendu célèbre pour son radeau des cimes, permettant de parcourir la canopée (les cimes des arbres de l’Amazonie), les forêts tropicales primaires ont pratiquement complètement disparu. Elles subsistent encore comme des confettis en Amazonie ou au Congo. Mais la majeure partie de leur surface a déjà été abîmée et transformée peu ou prou par l’homme.

La forêt côtière continentale de Colombie-Britannique (Canada), quant à elle, s’étend sur près de 140.000 km2. Elle constitue le plus grand ensemble de forêt tempérée du monde.

La forêt du Daintree (Australie) ne s’étend que sur quelque 9000 km2. Mais elle semble être la plus ancienne du monde. Elle approcherait en effet les 125 millions d’années.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK