Photovoltaïque en Wallonie: pourquoi la facture des propriétaires de panneaux va-t-elle augmenter?

Jusqu'à présent, les "prosumers", les personnes fournissant de l'électricité au réseau via des installations photovoltaïques, payaient très peu de frais de réseau. Pourtant, ils utilisent plus ce réseau que les consommateurs normaux. C'est la raison pour laquelle le gouvernement wallon veut depuis longtemps faire en sorte que les "prosumers" soient mis davantage à contribution pour l'exploitation du réseau. La Cwape (le régulateur wallon de l'énergie) a donc posé sur la table une proposition de méthodologie détaillant la manière dont ils payeront d'avantage. La facture des propriétaires de panneaux devrait donc gonfler à partir de 2019.

Qui est concerné?

Environ 131 000 ménages sont concernés. Prenons le cas d'une famille qui a installé des panneaux photovoltaïques sur son toit. Ces panneaux produisent de l'électricité, mais cette électricité n'est pas entièrement consommée par la famille. En moyenne, les ménages consomment un gros tiers de ce qu'ils ont produit. Pendant la journée, par exemple, les parents sont au travail, les enfants sont à l'école mais le soleil brille, les panneaux produisent donc de l'électricité. Le surplus d'électricité produite mais non consommée est injecté dans le réseau électrique, une sorte de réservoir. Le soir venu, quand la maison est éclairée, la télévision et les ordinateurs sont allumés, il faut aller rechercher de l'électricité sur le réseau. Cette famille sollicite donc le réseau deux fois, dans les deux sens. Un ménage sans panneaux n'utilise le réseau que dans un seul sens: le prélèvement. C'est avec ce raisonnement que la Cwape justifie le fait de mettre les ménages "prosumers" davantage à contribution.

Combien cela va-t-il coûter?

Selon la méthodologie proposée par la Cwape, le montant à payer, qui sera exprimé en euro par kWe, dépendra de la puissance de l'installation photovoltaïque (du nombre de panneaux placés sur le toit). Il dépendra également du gestionnaire de réseau qui diffère en fonction des zones géographiques. D'après les estimations du journal l'Echo, le prix variera entre 330 et 560 euros par an

Les autres (qui n'ont pas de panneaux) vont-ils du coup payer moins?

Oui et non. De manière générale, les coûts directs et indirects liés à l'électricité ne cessent d'augmenter, c'est d'ailleurs un des grands défis des prochaines années. La facture des ménages qui n'ont pas de panneaux augmentera donc quoi qu'il arrive. Mais elle augmentera sans doute moins si les propriétaires de panneaux sont mis à contribution.

A noter que cette proposition de tarification est actuellement soumise à consultation du secteur. Si elle est acceptée, elle n'entrera en vigueur qu'en 2019. Des actions en justice pour empêcher son application sont à prévoir, l'ASBL TPCV (Touche pas à mes certificats verts) s'est déjà positionnée contre en parlant de "taxe déguisée". La saga des panneaux photovoltaïques en Wallonie n'est donc pas terminée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK