Pharma: les mutuelles peuvent vendre des données médicales

Pharma: les mutuelles peuvent vendre des données médicales
Pharma: les mutuelles peuvent vendre des données médicales - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

Les mutuelles peuvent vendre des données médicales aux firmes pharmaceutiques. En 2016, cinq conventions ont été signées avec le secteur privé. Des ventes compatibles en principe avec le respect de la vie privée car tout doit rester anonyme. Si la procédure est respectée, impossible d'identifier les patients ni les médecins prescripteurs. Le système d'encodage des données "sensibles" fonctionne comme pour le vote électronique, tout est codé deux fois sur des fichiers séparés.

Le premier fichier permet d'identifier les personnes, dans le second n'apparaissent que des numéros. C'est exclusivement celui-là qui sert pour les transactions avec le privé, tout dépend donc du respect des procédures. C'est une asbl contrôlée par les mutuelles qui gère le fichier sur lequel travaillent les analystes qui fournissent sur commandes les études pour le privé. Il y a un comité de pilotage qui encadre les travaux et un médecin contrôle est chargé de veiller au respect de la procédure

Suivre la consommation d'un médicament dans la durée

Dans les documents transmis au privé on découvre des colonnes de chiffres: d'un coté il y a les numéros anonymes qui correspondent aux patients, de l'autre la quantité de tablettes consommées par ces patients sur une période donnée.

Des tableaux de chiffres qui permettent de vérifier si le médicament a dû succès dans la durée, cela permet également de vérifier si le producteur de la molécule ne s'est pas trompé dans ses hypothèses de départ car les chiffres des mutuelles  sont les chiffres de la vie réelle. Pas ceux qui sont obtenus dans le cadre des essais cliniques.

Des informations utiles aussi pour l'INAMI, l'organisme public qui décide du remboursement des médicaments, car toutes les analyses demandées aux mutuelles par le secteur privé sont transmises également à l'INAMI.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK