Petite histoire de la ceinture de sécurité

Photo d'illustration
2 images
Photo d'illustration - © Tous droits réservés

Le premier prototype de l'ancêtre de la ceinture de sécurité fut testé lors de la course Paris-Marseille en 1896. Elle servait à l'époque de système pour éviter aux pilotes de se faire éjecter dans les virages.  En 1903, e canadien Gustave Désiré Lebeau dépose un brevet pour des "bretelles protectrices pour voitures automobiles". En 1959, Nils Bohlin, un ingénieur de chez Volvo brevette la ceinture telle que nous la connaissons aujourd’hui, la ceinture 3 points comportant une sangle abdominale et une sangle oblique. Et dès 1963, Volvo équipe tous ses véhicules de ceintures de sécurité. 

1975, ceinture à l'avant obligatoire

La ceinture de sécurité fêtait son quarantième anniversaire en 2015. C’est en effet en 1975 qu’elle est devenue obligatoire à l’avant en Belgique. Depuis lors, le nombre de morts (à 30 jours) sur la route n’a cessé de diminuer : ils étaient 2346 en 1975 ; 715 en 2014. L'an dernier, 483 personnes ont perdu la vie sur sur les routes. Bien sûr, cette baisse n’est pas entièrement imputable à la ceinture de sécurité, mais celle-ci y contribue fortement : elle réduit de moitié le risque d’être tué ou blessé gravement à l’avant.

Avec un taux de port de la ceinture à l’avant qui est passé de 57% en 2003 à plus de 95% en 2018, notre pays a considérablement progressé en la matière, ce qui a permis d’éviter une quarantaine de tués et blessés graves. Il est toutefois possible de faire mieux encore : en France, en Allemagne, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, le pourcentage de port de la ceinture à l’avant est d’au moins 97%.

Archives: 40 ans de ceinture (05/10/2015)

1991, ceinture à l'arrière obligatoire

Par contre, des progrès doivent encore être réalisés concernant le port de la ceinture à l’arrière, tant pour les adultes que pour les enfants. Dans les années à venir, l’objectif est que le taux de port soit le même partout dans la voiture. A cette fin, on peut espérer que le projet de rendre obligatoire à l’arrière le bip sonore qui retentit en cas de non-port de la ceinture va bientôt se concrétiser.

Ceinture arrière (campagne choc)

Différents types de ceintures

  • La ceinture de sécurité classique est la ceinture trois points. Ancrée à la carrosserie du véhicule par trois points de fixation. Cette ceinture retient à la fois l'épaule et les hanches. 
  • Les ceintures qui disposent de plus de trois points d'ancrage sont appelées harnais. 
  • La ceinture ventrale souvent montée à la place centrale arrière des petites voitures. Ne retient que le bassin, donc moins efficace.
  • Les ceintures de sécurité modernes sont généralement pourvues d'un prétendeur pyrotechnique et d'un ou plusieurs limiteurs d'effort. Lorsqu'il y a risque d'accident, le prétensionneur tend la ceinture juste "au début" de l'impact et l'occupant du siège est plaqué contre le dossier, pour lui éviter de glisser sous la ceinture. Quant aux limiteurs d'effort, ils servent à éviter que la ceinture n'exerce une pression trop forte sur l'occupant lors d'un accident, ce qui risquerait de lui causer des lésions.

La ceinture en quelques chiffres


•    La ceinture réduit de 40 à 50% le risque d'être tué ou gravement blessé dans un accident.
•    Celui qui est éjecté court 5 x plus de risques de mourir que quelqu’un qui est attaché.
•    L’impact lors d’un accident à une vitesse de 50 km/h multiplie par 35 le poids de la personne. Un adulte de 75 kg se transforme ainsi en une masse de plus de 2,5 tonnes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK